Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/554

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

familiariser avec ceux que nous croyons au-dessous de nous. La présomption fait que nous nous flattons d’un vain pouvoir. L’arrogance ajoute à cela le ton insolent.

ARROGANT, ANTE. adj. Insolent dans les airs, dans ses manières. Arrogans. Il l’a reçu avec une mine arrogante. Il lui a répondu en termes arrogans. Le Sage dit qu’il n’y a rien de plus insupportable qu’un gueux arrogant.

Pour éblouir les yeux, la fortune arrogante
Affecta d’étaler une pompe insolente.

Arrogant, ante, sont aussi quelquefois substantifs. Ce n’est qu’un arrogant ; qu’une arrogante.

ARROGER. v. recip. Qui ne se dit jamais sans le pronom personnel. Vindicare, arrogare sibi aliquid. S’arroger un droit, une autorité ; pour dire, s’attribuer une chose qui n’est pas dûe. Ils sont assez insolens pour s’arroger les premiers honneurs. Ablanc. Henri VIII s’étoit arrogé la qualité de Souverain Chef de l’Eglise anglicane. Maucroix.

☞ ARROGÉ, EE. part.

ARROI. s. m. Vieux mot qui signifioit, train, équipage. Apparatus, pompa. Ce Seigneur vient à la cour en magnifique arroi. Il est peu en usage. On appelle aussi arroi, l’équipage d’un Fauconnier, comme gans, longes, &c. Aucupis supellex.

Du Cange dit que le mot d’arroi vient des mots arredare, arraïatus, & arraïamentum, qui ont été dits dans la basse latinité, pour signifier, orner, équiper, équipage.

Qui fut jadis si prudent & loyal,
Qu’après sa mort son vrai Seigneur & Roi
Lui a donné ce beau funèbre arroi. Marot.

ARROIS. Bourg. Arroium. C’est le lieu principal de l’ile de Mol, l’une des Westernes, qui sont des îles situées au couchant de l’Ecosse.

☞ ARRON, ou ARON. Petite rivière de France, dans le Nivernois. Elle a sa source dans le village de Pouilly, & se rend dans la Loire au nord-ouest de Decize.

ARRONDIR. v. a. Rendre rond, ou de figure circulaire, sphérique, cylindrique. Rotundare. Arrondir un bassin de fontaine avec un cordeau. Arrondir une jupe, un manteau. On dit figurément, qu’un Prince a arrondi sa Couronne, quand il s’est rendu maître de tous les petits états qui étoient enclavés dans ses limites. ☞ On dit de même, qu’un particulier s’est arrondi ; pour dire qu’il a augmenté sa terre par l’acquisition de quelques héritages qui étoient à sa bienséance.

Arrondir, se dit aussi figurément en Rhétorique des périodes qu’on rend nombreufes, & auxquelles on donne une cadence agréable à l’oreille. Tornare periodum.

Arrondir, en termes de Manège, signifie, dresser un cheval à manier en rond, soit au trot, ou au galop, soit dans un grand, soit dans un petit rond, sans qu’il se traverse & se jette de côté.

Arrondir une figure. En Peinture, c’est faire sentir la rondeur des objets, leurs saillies & leur tournans, par l’intelligence du clair obscur.

Arrondir, en Horlogerie, c’est en général mettre en rond les extrémités d’une roue ou d’un pignon : mais il signifie plus particulièrement leur donner la courbure qu’elles doivent avoir.

Arrondir, chez les Chapeliers, c’est couper avec des ciseaux l’arrête du bord d’un chapeau.

Arrondir, est aussi récip. & signifie, devenir rond. Rotundari. Les colonnes & les globes s’arrondissent sur le tour.

ARRONDI, IE. part. Rotundatus.

Arrondi. Terme de Botanique. On dit, une feuille arrondie, d’une feuille dont le contour approche du circulaire. Il se dit aussi d’un fruit qui n’est pas exactement sphérique.

Arrondi, entérines de Blason, se dit des pièces de l’Ecu qui étant rondes, ou naturellement, ou par artifice, ont certains traits qui font paroître cet arrondissement. On le dit aussi de ce qui paroît de relief par le moyen des ombres ; comme une boule arrondie. Un tronc d’arbre arrondi.

ARRONDISSEMENT. s. m. Action par laquelle on arrondit. Rotundatio. ☞ L’arrondissement de ce globe a coûté beaucoup de temps. Acad. Fr. Il est plus en usage au figuré. Pour l’arrondissement de votre Seigneurie, il faudroit acheter cet héritage qui y est enclavé.

Arrondissement, se dit aussi de l’état d’une chose arrondie. L’arrondissement de ces figures est parfait.

☞ Ce mot est encore fort usité au figuré en parlant d’une période nombreuse & harmonieuse. Apta periodi compositio. Sa plus forte application est pour l’arrondissement de ses périodes, afin qu’elles aient toute la justesse & toute l’harmonie possible.

ARRONDISSEUR. s. m. Celui qui arrondit. Mais ce mot ne peut palier que dans quelque ouvrage comique & burlesque.

Arrondisseur. Terme de Tablettier. C’est une espèce de couteau dont la lame se termine carrément, ayant un petit biseau au bout, & au tranchant qui est immédiatement au-dessous. Il sert à arrondir les dents. Encyc.

ARROSAGE. s. m. Terme d’Hydraulique. Irrigatio. c’est le nom qu’on donne aux canaux que l’on pratique pour tirer l’eau d’une rivière. & la conduire & répandre sur des terres trop sèches & trop arides. M. Gaultier, Architecte, Ingénieur & Inspecteur des grands chemins, ponts & chaussées du royaume, a fait une Dissertation sur les projets des canaux de navigation, sur ceux d’arrosage, & sur les conduits des eaux des fontaines. Je ne sais si ce mot se trouve ailleurs que dans cet ouvrage. Un Auteur puriste eût dit arrosement, & n’eût point fait un mot nouveau. Quand on détourna la rivière d’Aigues sur les terres incultes de Rochegade, cet arrosage, qui portoit avec soi une terre blanchâtre comme de la craie, se répandant sur les terrains qu’elle arrosoit, non-seulement rien ne croissoit où l’eau se répandoit ; mais même elle faisoit mourir les plantes qu’elle arrosoit. Gaultier. Canaux faits soit pour le commerce, soit pour les arrosages. Id.

Arrosage. Terme de fabrique de poudre à canon. On nomme ainsi dans les moulins à poudre à canon, l’eau que l’on met de temps en temps dans les mortiers pour y faire le liage du salpêtre, du soufre & du charbon qui entrent dans la composition de cette poudre, tandis que les pilons les broient & les mêlent.

ARROSEMENT. s. m. Action d’arroser. Rigatio, irrigatio. L’arrosement est nécessaire, lorsqu’on plante ou qu’on transplante quelque arbre, ou quelque fleur, &c. Le fumier des feuilles pourries est propre à répandre sur les semences nouvellement faites, pour empêcher que les pluies ou les arrosemens ne battent trop la superficie, ensorte que les graines auroient peine à lever. La Quint.

☞ Les arrosemens font nécessaires dans les grandes chaleurs de l’été, & dans les grands hâles du printemps. On les fait le matin & le soir ; jamais durant le jour. Les arrosemens servent à dissoudre les sels de la terre ; ils mêlent l’eau avec l’air, & procurent une nourriture convenable aux jeunes plantes.

Arrosement, se prend au figuré pour une grâce intérieure, qui pénétre jusqu’au fond de l’âme. Craignez Dieu, & retirez-vous du mal ; ainsi votre chair sera saine, & l’arrosement pénétrera. Port-R. Je ne sais si en ce sens ce mot se trouveroit ailleurs. Il est au moins peu usité.

ARROSER. v. a. ☞ Mouiller, humecter une chose en versant de l’eau dessus, ou une autre liqueur. Irrigare, aspergere, conspergere. On arrose les plantes, quand on les met en terre, ou quand la terre est trop séche. Les Sacrificateurs Païens arrosoient les victimes avec de l’huile, du vin, &c. Ils arrosoient le peuple avec des eaux lustrales ; les Chrétiens arrosent avec de l’eau bénite. Il a fait une bonne pluie qui a bien arrosé la terre. Les Cuisiniers arrosent les viandes qu’ils rôtissent, quand elles ne sont pas lardées, du suc que le feu en a fait sortir, de beurre, ou de lard fondu.

Nicod dérive ce mot de ros, ou rosée.

Arroser, se dit aussi des fleuves & des rivières qui passent à travers une Province, qui y entretiennent l’hu-