Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/924

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

BIGORDAN, ou BIGOURDAN, ANE. s. m. & f. Qui est du pays de Bigorre. Bigerrio dans César, Bigerrus dans Pline & dans Paulin. Paulin écrivant à son ami Ausone, parle avec mépris des habits des Bigordans, qu’il insinue avoir été faits de peaux de bêtes. De Marca. Le P. Monet prétend que les Béarnois sont une portion des Bigordans, qu’il nomme Bigordans occidentaux, & les vrais peuples de Bigorre , Bigordans Orientaux. Id. M. de Marca n’est pas de ce sentiment, non plus que Favyn. Vigenère, corrigeant sa première version, met en sa table les Bigerrions pour les Béarnois, à quoi y auroit plus d’apparence, qu’à les prendre pour Bayonne. Néanmoins ces Bigerriones de César sont les Bigourdans. Favyn. Hist. de Nav. p. 62 & 64.

Bigourdan paroît meilleur que Bigordan : il est plus doux, & plus selon l’usage de notre langue, qui change volontiers l’o en ou. Toulouse , Bourdeaux, Bourdelois, Périgourdain, &c. & non pas Tholose, Bordeaux, Périgordain. Quelques-uns écrivent Vigordan, parce que dans ces contrées voisines d’Espagne, comme en Espagne, on ne met point de différence entre le B & l’V consonne. Mais il faut laisser cette prononciation aux Bigordans & aux Gascons.

Le Bigordan. s. m. C’est la langue que parlent les peuples du Bigorre.

BIGORNE. s. m. Espèce d’enclume à deux cornes. Incus bicornis. Ch. Est. Dict.

BIGORNEAU. s. m. Est une petite bigorne dont on se sert sur l’établi : elle a un bout rond & l’autre carré. On se sert de ces espèces d’enclumes dans différens arts & métiers.

BIGORNER. v. a. Forger le fer en rond sur la bigorne. Ferrum rotundare.

BIGORRE. Prononcez Bigore. Pays de France, en Gascone, avec titre de Comté. Bigerrones, Bigerri., Ausone dit Bigeritani. Bigorrensis, ou Bigerrensis Comitatus. J’aimerois beaucoup mieux dire Bigeritanus, ou Bigorritanus Comitatus, puisque ces mots se trouvent dans l’antiquité, & que Bigorrensis, ni Bigerrensis, ne s’y trouvent point. Le Bigorre est presque tout dans les Pyrénées, qui le séparent de l’Arragon, du côté du midi : il a le Béarn au couchant, l’Armagnac propre & l’Estarac au nord, & les montagnes de l’Armagnac au levant. Ce pays a la forme d’une courge de vin : sa longueur qui est de 18 lieues, s’étend du midi au nord : la largeur est de 8 ou 10 lieues. Le nom de la cité des peuples de Bigorre étoit tellement altéré dans les exemplaires des Notices par quantité de diverses leçons corrompues, que les Doctes ont eu de la peine à le remettre en sa pureté, étant tantôt nommé Tursambica, Tralugorra, & quelquefois Tursa Mais les manuscrits plus corrects, & de meilleure foi, lui baillent le nom de Turba, ou de Tarba ; Tarba ubi Casirum Bigorra. Dans cette ville il y avoit un Château appelé Bigorre, comme les Notices l’assurent, qui a donné enfin le nom à toute la Cité ; de sorte qu’elle est nommée Bigorre, & non pas Tarbe, en l’accord des Rois Gontran & Chilperic dans Grégoire de Tours ; & les Evêques Aper & Julien ont souscrit au Concile d’Agde & d’Orléans quatrième, en qualité d’Evêques de la cité de Bigorre ; & Amélius au second de Mâcon comme Evêque de Bigorre, qui est la qualité que Grégoire de Tours lui donne. Le territoire ancien de la Cité avoit les mêmes limites que celui de l’Evêché, & n’étoit pas si étroit & resserré, comme celui qui porte aujourd’hui le titre de Comté de Bigorre, qui a été diminué de la rivière Basse, de la Viguerie, du Mauvaisin, & de ville de Saint Séver, de Rustan, & d’autres pièces qui en ont été détachées en divers temps. Voyez Notitia utriusque Vasconiæ, Auct. Arn. Oihenarto.

Maty a fait Bigorre féminin : M. de Marca en fait autant. Aujourd’hui on le fait masculin. Le Bigorre, & non pas la Bigorre. Tarbe est la capitale du Bigorre.

☞ BIGOT, OTE. adj. Qui contrefait le dévot, qui est scrupuleusement attaché aux pratiques de dévotion. On ne le dit qu’en mauvaise part. Pietatis simulator. Homme bigot, femme bigote, air bigot. On dit substantivement, c’est un vrai bigot, une vieille bigote. Voyez aussi Cagot.

Un bigot orgueilleux, qui dans sa vanité
Croit duper jusqu’à Dieu par son zèle affecté,
Couvrant tous ses défauts d’une sainte apparence,
Damne tous les humains de sa pleine puissance. Boil.

Ce mot vient de l’allemand bey & Gott, ou de l’anglois by God, qui signifie de par Dieu. Cambden rapporte en sa Britannia, que les Normands ont été appelés Bigots, à cause que le Roi Charles donnant la Normandie avec la fille Gilsa à Rollon, les Courtisans ayant averti ce Duc qu’il falloit qu’il baisât les pieds de Charles en reconnoissance d’un si grand bienfait, il répondit en Anglois No so by God, c’est-à-dire, Non par Dieu. Aussi-tôt le Roi & les siens en se moquant, l’appelèrent Bigot, nom qui passa aux autres Normands. Plusieurs autres Histoires & Chroniques apportent la même chose. Voyez Pasquier. Originairement ce mot n’étoit pas odieux, & signifioit seulement, de par Dieu. Dans le procès de la canonisation de S. Wernher, Act. SS. April. Tom. I, p. 722, on trouve beguttæ pour des filles dévotes. Il est du commencement du VIe siècle. Guillaume de Nangis rapporte que les Normands désirant de se faire Chrétiens, s’écrièrent Bigot, Bigot. Le Pere Thomassin, outre l’étymologie que nous venons de rapporter, donne celle que l’on trouve dans Etienne Guichard, qui dérive bigot, quand il se prend pour hypocrite, de l’hébreu, bagad ; transgredi, prævaricari, transgresser, prévariquer.

Bigot, en termes de Marine, est une petite pièce de bois de différente longueur, percée de deux ou trois trous, par où l’on passe le bâtard pour la composition du racage.

Bigot, en Italien Bigontia, est la mesure pour les liquides, dont on se sert à Venise. Le bigot est la quatrième partie de l’amphora, & la moitié de la botte.

BIGOTERE. Quelques-uns disent BIGOTELLE. s. f. Brosse de poche enfermée dans un petit étui, qui sert à retrousser la moustache. Scopula. On en fait aussi d’une pièce de cuir, dont en se bride la nuit pour tenir en état une barbe retroussée. La bigotère est fort peu en usage présentement, parce qu’il y a peu de personne qui laissent croître leur barbe. Les amours, tenoient, l’un la bigotère, l’autre le miroir, & les autres les peignes d’écaille, à la pompe funèbre de Voiture. Saras. Dom Quichotte se leva debout sur son lit, s’enveloppant tout le corps d’une couverture de satin jaune, un de ses bas lui servant de bonnet, le visage parsemé d’emplâtres, & la bigotelle sur la moustache ; & pour dire la vérité, rellemblant proprement à un Lutin qui court le masque. T. IV, c. 48, p. 192.

Ce mot vient de l’espagnol bigotera, & de vigotes, qui signifie de grands crocs de barbe retroussés en garde de poignard, comme on les porte en Espagne.

BIGOTERIE. s. f. Dévotion d’un bigot, qui est fausse, outrée ou superstitieuse. Simulatio pietatis. Toute sa dévotion n’est que bigoterie. Il y a des Savans qui vont jusqu’à l’idolâtrie, & jusqu’à la bigoterie pour l’antiquité, & qui chicanent l’honneur de toutes choses aux Modernes. S. Evr.

BIGOTISME. s. m. Profession que l’on fait de la bigoterie, caractère du bigot.

BIGRE. s. m. Apiarius. C’est le nom que l’on donnoit autrefois à de certains particuliers riverains des forêts, qui avoient soin d’y chercher des abeilles, de les rassembler, & de les élever dans des ruches, pour y faire du miel & de la cire. Les Bigres avoient le droit de couper & d’abattre les arbres où elles se trouvoient, à leur profit, sans en pouvoir être recherchés. Depuis en étendant ce pouvoir, ils avoient le droit de prendre dans les forêts tout le bois dont ils avoient besoin pour leur chauffage ; c’est pourquoi on les appeloit dans quelques endroits Francs Bigres. Le Roi ayant supprimé tous les droits de chauffage pat son Edit de 1669, aux exceptions y portées, les Bigres qui n’avoient d’autres titres que l’usage, furent annéantis. On voit dans le Mercure de Février de 1729, une explication du mot bigre. L’Auteur tire l’étymologie de ce nom du mot