Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

accoucha d’Alexandre, le Temple d’Ephèse fut réduit en cendres. Cet homme, à cela près qu’il n’accouche pas, est la femme, & elle le mari. La Bruy. Il est quelquefois actif, & signifie, aider à une femme à se délivrer de son enfant. Adesse parturienti, obstetricare, obstetricari. Il se dit de la Sage-femme, ou de l’Accoucheur. Les Chirurgiens savent mieux accoucher les femmes que les Matrônes. Mais, ma Bonne, qui vous accouchera, si vous accouchez à Grignan ? Me de Sev. On le dit aussi avec le pronom personnel. Cette femme s’accoucha elle-même.

Accoucher, se dit figurément des productions de l’esprit. Edere. C’est un bel esprit, qui conçoit, qui invente facilement ; mais qui accouche, ou enfante avec peine. Socrate disoit qu’il faisoit l’office de Sage-femme, qu’il faisoit accoucher les esprits.

Le sort de ce sonnet a droit de vous toucher,
Car c’est dans votre cour que j’en viens d’accoucher.

Mol.

ACCOUCHÉ, ÉE. part.

ACCOUCHÉE. s. f. Femme en couche, qui vient de mettre un enfant au monde. Puerpera. On fait des visites en cérémonie aux femmes accouchées. Vous êtes parée comme une accouchée. Dans l’Amérique il y a des peuples où les maris font les accouchées à la place de leurs femmes. Herrera. Lorsque les femmes accouchoient dans le Béarn, les maris se mettoient au lit, & les envoyoient à la charrue. Scalig. in verbo Bearn. fol. 49, & Scaligerian. De Roch.

Il y en a aussi dans les Antilles, & même dans les Indes orientales, & à la Chine vers l’île de Formosa, qui font la même chose, comme on le voit dans le Recueil de Thévenot.

Au Pérou les femmes accouchées ne gardent point le lit ; mais après s’être lavées, elles se remettent à faire leur ménage ; & si quelque femme les assistoit en leur accouchement, elle passeroit plutôt pour sorcière que pour Sage-femme. Voyez l’Histoire des Incas. Varron, l. 11. de Re Rust. raconte que les femmes d’Illyrie portoient leurs enfans par-tout, après être accouchées, & ne demeuroient pas un moment au lit pour cela. de Roch.

On appelle proverbialement, les caquets de l’accouchée, les discours frivoles & de peu d’importance des femmes qui visitent celles qui sont en couche. On dit aussi, tant d’un homme que d’une femme, qu’ils font l’accouchée, quand ils se tiennent au lit par molesse, & sans nécessité.

ACCOUCHEUR. s. m. Chirurgien dont le talent principal est d’accoucher les femmes. Adjutor partûs. Maintenant les Chirurgiens accoucheurs sont fort en vogue. Autrefois on ne se servoit que de Sage-femmes ou de Matrônes pour accoucheuses.

Vers accoucheurs. Ce sont de petits vers rougeâtres dont les huîtres sont remplies dans une saison où elles sont laiteuses & mal-saines, & où elles font des œufs. Ces vers facilitent, selon quelques-uns, la naissance des petites huîtres ; & les œufs, au microscope, ne sont autre chose que de petites huîtres dans leur coquille.

ACCOUCHEUSE. s. f. Femme qui aide à accoucher. Obstetrix. Habile accoucheuse. On dit plutôt Sage-femme. Acad. Fr.

Ces mots viennent du Latin accubare.

ACCOUDER. v. n. S’appuyer sur le coude, Inniti cubito. Tristement accoudé contre une cheminée. S. Am. Il se dit plus souvent avec le pronom personnel. On met au rang des incivilités de s’accouder sur la table ; de s’accouder devant ses supérieurs. On ne s’en sert guère que dans le discours familier. On conjugue, je m’accoude ; je m’accoudai ; je m’accouderai.

ACCOUDÉ, ÉE. part.

ACCOUDOIR. s. m. Chose destinée pour s’accouder ; ce que l’on met sous les coudes pour s’appuyer en avant. Cubiti fulmensum. En termes d’Architecture, c’est la même chose qu’appui. C’est le petit mur qui est élevé entre les deux pieds-droits d’une croisée. On appelle accoudoir, l’endroit inférieur de l’ouverture d’une fenêtre, sur lequel on s’appuie, on s’accoude. L’accoudoir d’une fenêtre doit aller seulement à la hauteur de la ceinture. Vitruve appelle un accoudoir, Pluteus, qui signifie un appui ou parapet. Il se sert aussi du mot Podium, qui est un balcon, ou saillie. On dit populairement & ironiquement à une personne qui en incommode une autre en s’appuyant sur elle, allez chercher plus loin des accoudoirs.

Ces mots viennent du François coude, qui s’est formé du Latin cubitus.

ACCOUER. v. a. C’est quand le Véneur court un cerf qui est sur ses fins, & le joint pour lui donner le coup d’épée au défaut de l’épaule, ou lui couper le jarret ; & pour lors on dit, le Véneur vient d’accouer le cerf ; le cerf est accoué. Dict. Économique.

☞ ACCOUÉ, ÉE. part. Cerf accoué. Bête accouée.

ACCOUPLAGE. s. m. Ne se dit que par le peuple. Voyez Accouplement.

ACCOUPLE. s. f. Liens dont on attache les chiens ensemble. Copula.

ACCOUPLEMENT. s. m. Jonction du mâle & de la femelle pour la génération. Copulatio. On ne le dit dans ce sens que des animaux. Le mulet vient de l’accouplement d’un âne & d’une cavale. On croit que la cause des monstres d’Afrique vient de l’accouplement qui s’y fait des animaux de différentes espèces. On ne le dit en parlant des hommes, qu’en l’adoucissant par une épithète qui sert de correctif. Alors il est synonyme avec mariage. C’est un heureux accouplement. Il est plus propre pour la poësie.

Tu menois le blond Hymenée,
Qui devoit solennellement,
De ce fatal accouplement
Célébrer l’heureuse journée. Malh.

Accouplement, se dit aussi des bœufs qu’on attache ensemble sous le même joug. Jugum, cojugatio.

Accouplement. Terme d’Architecture. Accouplement de colonnes. Arrangement de plusieurs colonnes jointes ensemble, & qui forment groupe. L’accouplement de ces colonnes est admirable.

ACCOUPLER. v. a. Associer, joindre deux choses ensemble. Copulare. Ces personnes sont mal accouplées ; leurs humeurs ne sympathisent point ensemble. On s’en sert dans un mauvais sens, & d’un ton railleur : c’est un Mercure de profession, qui fait accoupler les amans avec leurs belles qui ne sont pas inhumaines. Comb.

Accoupler des colonnes. Terme d’Architecture. Voyez Accouplement & Accouplé.

Accoupler. Terme de Rivière. Lier plusieurs bateaux ensemble.

En termes d’Agriculture, c’est appareiller deux bœufs, deux chevaux, pour les employer au labourage, ou à d’autres ouvrages de la campagne. Jugare, conjugare. Il étoit défendu par la Loi de Moyse d’accoupler un bœuf & un âne pour labourer.

Accoupler des dames, au trictrac, c’est les disposer deux à deux sur une flèche.

On le dit aussi du menu linge qu’on attache ensemble avec du fil, pour en faire des paquets.

Accoupler, en parlant de quelques animaux qui se joignent, mâle & femelle, pour la génération. C’est apparier ensemble le mâle & la femelle. Accoupler les pigeons, les serins, les tourterelles. On accouple ordinairement les serins à la fin de Mars. Voyez Apparier.

On dit que ces animaux s’accouplent ou sont accouplés, lorsqu’ils se joignent pour la génération. Copulari, coire. Les animaux s’accouplent de différentes façons. Il y en a qui ne s’accouplent point du tout. Voyez M. de Buffon.

ACCOUPLÉ, ÉE. part. Il a les significations de son verbe.

On dit en termes d’Architecture : colonnes accouplées. Ce sont plusieurs colonnes jointes ensemble, & qui font grouppe.

ACCOURCIE. s. f. Terme de Marine. Passage que l’on

Tome I.

K