Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
xxiv
PRÉFACE


regens disoit souvent en ses lectures qu’il n’y a chose tant contraire à la vue comme est la maladie des yeulx. Rm3ELAis, il, 5.

Grossesse a été synonyme de grosseur, hautesse de hauteur, largesse de largeur, lon- gitude de longueur I La grossesse de la voix. G. BOUCHET, fSeree. Se9 corners donc prisa Pour leur force et hautiesse, Ses iambes clesprisa Pour leur seiche maigresse, CORRO- zET, Fab. d’Es-ope, 36. — Et que soudain la hauteur et largesse De tous les cieux abL.it abysmes s’abbaisse. MARG. DE NA v les Marguerites, Triomphe de l’A gneau. — A u para-9£-t’a que la chair fust brusiee, la douleur seroit trop grande, pour la longitude du temps que 1’1l’on seroit à la bru-sler, PARÉ1 X_VII 30.

Chrestienté s’est dit pour christianisme, royaume pour royauté : Ils ne sont point Anthropophages, à cause que la Chrestienté leur a osté ceste brutalité. TREVE ; Cosmogr., XII, 15. — En la Loy ç’onl esté deux chose ineompatibles, que le royaume et la sacrifica- Lure. CALVI N, ler Serm. de Melchisedee.

Antiquaire si gni fi ait souvent antique : Une lanterne antiquaire, faite industrieusement de pierre sphengitide. RABEL AIS, IV, 1.

Chaleureux était le synonyme de chaud, même au sens matériel : [Le Soleil] retourne Fraper à plomb nos Cham s de ses rais chalureux. BAÏF, ler des Meteores,

On trouvait continuel dans le sens de continu, luxurieux dans celui de luxuriant, aima dans celui d’oisif.’Ii ne yoyoit là aucune jointure, ai n.s seulement. un enduit continuel. BiROALDE DE VERVILAJE, Voyage des _Princes fortunez, p. 782. — Pour abaisser gueil des’mies et Iuxurieux arbres, et hausser le cœur aux vieux a langoureux. O. DE SERnts, Th. (I’Agric., VI, 27. — Que /eroy-ie en telle saison, Sinon oiseux à la mai : sore… Pre.s feu faire bonne chere ? RoNsABD, Gayetez, 2.

Originaire se confondait parfois avec ori gluai, et original avec originel t IISSi quit- tons-nous les Keilles traductions, et vouions avoir recours aux livres originaires. E. PAS- QUIEft, Lettres., II, 6. — Par maladie, pelas, si generale Que presque c’est macule originaie Secondement.s.urvenue au grand dam De tous tes filz yssus d’Eve et d’Adam. LEM IRE DE BELGES, 3e Conte de Cupido et d’Atropos.

Partial avait entre autre sens celui de partisan. Il signifiait aussi homme de parti, et partialité servait à désigner dans une ville, dans un État, les partis poli tiques Je ne suis partial… ne du pape, ne de t’empereur, ne du reg d’Espaigne, ne de la rogne d’Angleterre. L’HOSPITAL, lifénoirs, il, 255, — 11 es.toit assez sedicieux et partial. LouvEAu, trad. des Nuits de Straparole, Il, 5. — Or y avoit il dedans Rome deux ligues el partialitez, 1’une de Sylla, qui est oit forte et puissante, et celle de Marius, qui n’osoit pas alors lever la teste. _AMYOT, César, 6.

Social se trouvait dans le sens de sociable, natif dans celui de natal : a ileillesse a un peu besoin d’estre traitee plus tendrement. Recommandons la à ce Dieu, protecteu• de santé et de sagesse mais gage et sociale, MONTAIGNE, III, 13. — J’eusse laissé te port de ma terre native. P. DE BRACH, Poe mes el Mess., L. Ili, S. 9.

Continent, employé comme adjectif, signifiait continental. De même paradoxe, semestre, trimestre s’employaient là où nous dirions aujourd’hui paradoxal, semestriel, trimestriel : Ce que Pay die( des isles se peuh aussi attribuer à la terre continente. THEVET, Cosmogr., IV, 9. — C’est doctrine moult paradoxe et nouvelle. RA.BELAIS, III, 8. — Faire les magistrats semestres, à fin que tous 1e semblables ayent part. L. LE Roy, trad. des Politiques d’Aristote, V, 8. — Venons maintenant aux principales pieces de ceste triennale et trimestre publication et reegociation. CHARRON, Disc. chrest., Redemption, 10,