Page:Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Tome I - Julien Remy Pesche.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LXXXIV
PRÉCIS HISTORIQUE,

froy, pour obtenir les secours de Bouchard, comte de Vendôme, lui céda soixante-quatre paroisses de son diocèse, situées sur les confins du Vendômois, avec droit de synode et de relevation ; et c’est depuis cette cession que ces paroisses, qui continuèrent de dépendre au spirituel de l’évêché du Mans, relevèrent du comté de Vendôme pour le civil.

Ensuite de l’accord entre l’évêque Sigefroy et le comte Bouchard, celui-ci ayant réuni ses forces à celles de l’évêque, un combat eût lieu contre les troupes du comte Hugues, dans lequel Sigefroy combattit en personne à la tête de ses soldats, ce qui n’empêcha pas son parti d’être battu, et força le prélat à se retirer chez Yves, son frère, à Alençon.

1015. — Herbert I.er, dit Eveille-Chien, fils de Hugues I.er, succéda fort jeune à son père, et résista dès-lors avec succès aux tentatives réitérées de Foulques-Nerra, comte d’Anjou, pour s’emparer du Maine : le courage du jeune Herbert força son ennemi à la paix.

Ses différens avec l’évêque Avesgaut, neveu et successeur de Sigefroy, occasionnèrent une guerre longue et meurtrière dans le Maine. Avesgaut ayant voulu fortifier l’un des châteaux du temporel de son évêché, situé dans les environs du Mans, Herbert surprit la garde de ce château, s’en empara et le fit démolir. L’évêque indigné, se retira à Bellême, chez Guillaume II, comte du Perche et d’ Alençon, après avoir excommunié Herbert et mis le diocèse en interdit. Guillaume, prenant parti pour son frère, envoya une armée contre Herbert, commandée par ses fils Foulques et Robert. Le duc de Normandie, Richard II, à la sollicitation d’Herbert, en fit marcher également une au secours de la province que dévastaient les troupes du Perche : une bataille est livrée près de Ballon, dans laquelle le fils aîné du comte Guillaume est tué, et Robert son puîné percé de coups et fait prisonnier : Guillaume en mourut de chagrin.

On ne dit pas comment Robert fut délivré de sa prison,