Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/329

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


caustique que ces gens doucereux, quand ils s’y mettent, interrompit Mirzoza ; et, s’imaginant que c’était par égard pour elle que Sélim se défendait : Que ma présence ne vous en impose point, ajouta-t-elle : nous cherchons à nous amuser ; et je m’engage, parole d’honneur, à m’appliquer tout ce que vous direz d’obligeant de mon sexe, et de laisser le reste aux autres femmes. Vous avez donc beaucoup étudié les femmes ? Eh bien ! faites nous le récit du cours de vos études : il a été des plus brillants, à en juger par les succès connus ; et il est à présumer qu’ils ne sont pas démentis par ceux qu’on ignore. »

Le vieux courtisan céda à ses instances, et commença de la sorte :

« Les bijoux ont beaucoup parlé de moi, j’en conviens ; mais ils n’ont pas tout dit. Ceux qui pouvaient compléter mon histoire ou ne sont plus, ou ne sont point dans nos climats, et ceux qui l’ont commencée n’ont qu’effleuré la matière. J’ai observé jusqu’à présent le secret inviolable que je leur avais promis, quoique je fusse plus fait qu’eux pour parler ; mais puisqu’ils ont rompu le silence, il semble qu’ils m’ont dispensé de le garder.

« Né avec un tempérament de feu, je connus à peine ce que c’était qu’une belle femme, que je l’aimai. J’eus des gouvernantes que je détestai ; mais en récompense, je me plus beaucoup avec les femmes de chambre de ma mère. Elles étaient pour la plupart jeunes et jolies : elles s’entretenaient, se déshabillaient, s’habillaient devant moi sans précaution, m’exhortaient même à prendre des libertés avec elles ; et mon esprit, naturellement porté à la galanterie, mettait tout à profit. Je passai à l’âge de cinq ou six ans entre les mains des hommes avec ces lumières ; et Dieu sait comment elles s’étendirent, lorsqu’on me mit sous les yeux les anciens auteurs, et que mes maîtres m’interprétèrent certains endroits, dont peut-être ils ne pénétraient point eux-mêmes le sens. Les pages de mon père m’apprirent quelques gentillesses de collège ; et la lecture de l’Aloysia[1], qu’ils me prêtèrent, me donna toute les envies du monde de me perfectionner. J’avais alors quatorze ans.

  1. Joannis Meursii Elegantiæ latini sermonis, seu Aloysia Sigea Toletana, de arcanis amoris et Veneris. Mauvais livre souvent réimprimé et traduit. L’auteur n’est point la savante et vertueuse Portugaise Louise Sigea, mais un avocat de Grenoble, Nicolas Chorier.