Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/342

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Madame, la galanterie ne remplissait pas tout mon temps : je dérobais au plaisir des instants que je donnais à des occupations sérieuses ; et les intrigues dans lesquelles je m’embarquai, ne m’empêchèrent pas d’apprendre les fortifications, le manège, les armés, la musique et la danse ; d’observer les usages et les arts des Européens, et d’étudier leur politique et leur milice. De retour dans le Congo, on me présenta à l’empereur aïeul du sultan, qui m’accorda un poste honorable dans ses troupes. Je parus à la cour, et bientôt je fus de toutes les parties du prince Erguebzed, et par conséquent intéressé dans les aventures des jolies femmes. J’en connus de toutes nations, de tout âge, de toutes conditions ; j’en trouvai peu de cruelles, soit que mon rang les éblouît, soit qu’elles aimassent mon jargon, ou que ma figure les prévînt. J’avais alors deux qualités avec lesquelles on va vite en amour, de l’audace et de la présomption.

« Je pratiquai d’abord les femmes de qualité. Je les prenais le soir au cercle ou au jeu chez la Manimonbanda ; je passais la nuit avec elles ; et nous nous méconnaissions presque le lendemain. Une des occupations de ces dames, c’est de se procurer des amants, de les enlever même à leurs meilleures amies, et l’autre de s’en défaire. Dans la crainte de se trouver au dépourvu, tandis qu’elles filent une intrigue, elles en lorgnent deux ou trois autres. Elles possèdent je ne sais combien de petites finesses pour attirer celui qu’elles ont en vue et cent tracasseries en réserve pour se débarrasser de celui qu’elles ont. Cela a toujours été et cela sera toujours. Je ne nommerai personne ; mais je connus ce qu’il y avait de femmes à la cour d’Erguebzed en réputation de jeunesse et de beauté ; et tous ces engagements furent formés, rompus, renoués, oubliés en moins de six mois.

« Dégoûté de ce monde, je me jetai dans ses antipodes : je vis des bourgeoises que je trouvai dissimulées, fières de leur beauté, toutes grimpées sur le ton de l’honneur et presque toujours obsédées par des maris sauvages et brutaux ou certains pieds-plats de cousins qui faisaient à jours entiers les passionnés auprès de leurs cousines et qui me déplaisaient grandement : on ne pouvait les tenir seules un moment ; ces animaux survenaient perpétuellement, dérangeaient un rendez-vous et se fourraient à tout propos dans la conversation. Malgré ces obstacles, j’amenai cinq ou six de ces bégueules au point où je les voulais avant