Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


destiné à quelqu’un ou à quelqu’une. Je l’ai placé au-dessus du clavecin de ma petite bonne. Mme Diderot prétend qu’on m’a donné l’air d’une vieille coquette qui fait le petit bec et qui a encore des prétentions. Il y a bien quelque chose de vrai dans cette critique. Quoi qu’il en soit, c’est une marque d’amitié de la part d’un excellent homme, qui doit m’être et qui me sera toujours précieuse.

J’attends un buste de l’impératrice. Elle a écrit une lettre charmante à Marmontel sur son Bélisaire. Il en a reçu une autre du fils de la reine de Suède, avec un très beau présent de sa mère : c’est une boîte d’or où l’on a exécuté en émail toutes les estampes de son ouvrage. La belle lettre du fils est encore plus précieuse que le présent de sa mère. Je tâcherai d’obtenir la communication de tout cela, et de vous en régaler. Il a vu, aux eaux d’Aix-la-Chapelle, le prince héréditaire de Brunswick, qui l’a comblé d’amitiés. Après cela, croyez-vous qu’il puisse être sensible aux persécutions de la Sorbonne ? J’oubliais de vous dire que la digne Sorbonne est bafouée dans toutes ces lettres. Le grand inquisiteur d’Autriche, le médecin Van Swieten, a eu l’ordre de l’empereur et de l’impératrice de faire compliment à Marmontel, et il s’en est reposé sur son fils qui s’en est acquitté on ne peut pas mieux. Savez-vous ce que je vois dans tout cela ? C’est que les cours étrangères sont charmées de nasarder un peu notre ministère, et n’en perdent pas la moindre occasion. Il faut que notre langue soit bien commune dans toutes les contrées du Nord, car ces lettres auraient été écrites par les seigneurs de notre cour les plus polis qu’elles ne seraient pas mieux. Ce que je vois encore, c’est qu’à en juger par l’estime qu’on accorde à l’ouvrage de Marmontel dans ces pays, il faut même qu’en politique on n’y soit pas si avancé qu’ici. Cependant ils ont là Montesquieu. Ajoutez à tous ces honneurs le plaisir d’être vengé par Voltaire. Celui-ci vient de décocher contre les Cogé, les Riballier et autres théologiens fanatiques, auteurs de la censure, une satire d’une gaieté d’enfant, mais d’une méchanceté effroyable. Elle est intitulée : Honnêteté théologique[1]. Tout cela vous attend, mais vous ne venez point.

  1. On lit dans la Correspondance de Grimm, 15 décembre 1768 : « Damilaville fit l’année dernière un pamphlet intitule l’Honnêteté théologique, pour venger Marmontel des attaques de l’absurde Riballier et de son aide de camp Cogé ; c’est son meilleur ouvrage. Il nous le donna pour être de M. de Voltaire, et tout le monde le crut. En effet, il l’avait fait imprimer à Genève et M. de Voltaire l’avait rebouisé. La première phrase, par exemple : Depuis que la théologie fait le bonheur du monde, porte trop visiblement son cachet pour être d’un autre. Cogé lui-même, qui n’est pas le moins bête du troupeau dos cuistres, y avait été trompé, et croyait être redevable de l’Honnêteté théologique à l’honnêteté de M. de Voltaire. »