Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 1.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


perisma, ce qu’on appelle en Latin merenda ; & le souper, dipnon, & quelquefois epidorpis.

* ACRATOPHORE, ou qui donne le vin pur (Myt.) nom qu’on donna à Bacchus, à Phigalie, ville d’Arcadie, où ce Dieu étoit principalement honoré.

* ACRATUS, (Myt.) Génie de la suite de Bacchus.

* ACRE, s. (Géogr.) Ptolémaïde, S. Jean d’Acre, ville d’Asie, qui appartient aux Turcs, proche de Tyr. Lon. 57. lat. 32. 40.

Acre, s. f. (Commerce.) mesure de terre, différente selon les différens pays. Voyez Mesure, Verge & Perche.

Ce mot vient du Saxon accre, ou de l’Allemand acker, lequel vraissemblablement est formé d’acer, & signifie la même chose. Saumaise cependant le fait venir d’acra, qui a été dit pour akena, & signifioit chez les Anciens une mesure de terre de dix piés.

L’acre en Angleterre & en Normandie est de 160 perches quarrées. L’acre Romaine étoit proprement la même chose que le jugerum. Voyez Arpent.

Il y a en Angleterre une taille réelle imposée par Charles II. à raison du nombre d’acres que possedent les habitans.

Le Chevalier Petty a calculé dans l’Arithmétique politique que l’Angleterre contient 39038500 acres ; les Provinces Unies 4382000, &c.

L’acre des bois est de quatre vergées, c’est-à-dire, 960 piés. Voyez Vergée. (E & G)

Acre, adj. (Chimie) se dit de ce qui est piquant, mordicant, & d’un goût désagréable. Tout excès & toute dépravation de salure fait l’acre. C’est en Medecine qu’on emploie plus communément ce terme.

Il y a autant de différentes especes d’acres que de différentes especes de sels. Il y a des acres aigres, des acres alkalis, & des acres moyens, qui tiennent de l’acide & de l’alkali en différentes proportions ; & on peut éprouver les acres pour en connoître l’espece, comme on éprouve les sels pour savoir s’ils sont acides ou alkalis, ou neutres. Voyez Sels.

On peut aussi distinguer les acres en acre scorbatique, acre vérolique, &c. Lorsque les différens sels qui sont naturellement dans les liqueurs du corps, sont en quantités disproportionnées, ou lorsque la dépuration de ces liqueurs est troublée, & leur chaleur naturelle augmentée, il se fait des acres de différentes especes. Certaines gangrenes font voir que les liqueurs du corps humain peuvent devenir si acres, qu’elles en sont caustiques. Les alkalis urineux qui se forment naturellement dans les corps vivans, sont dissolvans des parties animales, non-seulement des humeurs & des chairs, mais aussi des nerfs & des cartilages ; & les acres acides des animaux, comme est l’acide du lait, amollissent & dissolvent les os les plus durs. On peut en faire l’expérience avec du lait aigre ; on verra qu’il dissout jusqu’à l’ivoire.

Souvent un acre contre nature se trouve confondu dans les humeurs, & ne produit point de mal sensible tant qu’il n’y est pas en assez grande quantité, ou qu’il est plus foible que ne le sont les liqueurs qui n’ont qu’une salure naturelle. On a vû souvent des personnes qui portant un levain de vérole dans leurs humeurs, paroissoient se bien porter tant que le virus n’avoit pas fait assez de progrès pour se rendre sensible. Il y a des gouteux qui se portent bien dans les intervalles des accès de goutte, quoiqu’ils ayent dans eux de l’humeur acre de la goutte : c’est pour cette raison-là que les Medecins sages & habiles ont égard à la cause de la goutte dans toutes les maladies, qui arrivent aux gouteux, comme aux autres hommes.

Des charbons de peste ont sorti tout d’un coup à des personnes qui paroissoient être en parfaite santé ; & lorsque ces charbons pestilentiels sortent de quelque partie intérieure du corps, ceux à qui ce malheur arrive, meurent sans garder le lit ; & quelque-


fois même ils tombent morts dans les rues en allant à leurs affaires : ce qui prouve bien qu’on peut porter dans soi pendant quelque tems un levain de maladie, & d’une maladie très-dangereuse, sans s’en appercevoir. C’est ce qu’ont peine à comprendre ceux qui ayant la vérole conservent cependant toutes les apparences d’une bonne santé, n’ont rien communiqué, & ont des enfans sains.

Souvent des personnes sont prêtes d’avoir la petite vérole & semblent se porter bien ; cependant elles ont en elles le levain de cette maladie, qui quelques jours après les couvrira de boutons & d’ulceres. Ces choses sont approfondies, & clairement expliquées dans la Chimie Medicinale. (M)

* ACREMENT, s. m. (Commerce.) nom qu’on donne à Constantinople à des peaux assez semblables à celles qu’on appelle premiers cousteaux. Ces peaux sont de bœufs & de vaches, & sont apportées des environs de la mer noire.

ACRIDOPHAGES, s. pl. dans l’Histoire ancienne a été le nom d’un Peuple qui, disoit-on, vivoit de sauterelles ; ce que veut dire le mot acridophages, formé de ἀκρις, sauterelles, & φάγω, manger.

On plaçoit les Acridophages dans l’Ethiopie proche des déserts. Dans le printems ils faisoient une grande provision de sauterelles qu’ils saloient & gardoient pour tout le reste de l’année. Ils vivoient jusqu’à 40 ans, & mouroient à cet âge de vers ailés qui s’engendroient dans leur corps. Voyez S. Jerôme contre Jovinien ; & sur S. Jean, cap. iv. Diodore de Sicile, lib. III. cap. iij. & xxix. & Strabon, lib. XVI. Pline met aussi des Acridophages dans le pays des Parthes, & S. Jérôme dans la Libye.

Quoiqu’on raconte de ces Peuples des circonstances capables de faire passer tout ce qu’on en dit pour fabuleux, il peut bien y avoir eu des Acridophages : & même encore à présent il y a quelques endroits du Levant où l’on dit qu’on mange des sauterelles. Et l’Evangile nous apprend que S. Jean mangeoit dans le désert des sauterelles, ἄκριδες, y ajoûtant du miel sauvage. Matth. cap. iij. v. 4.

Il est vrai que tous les Savans ne sont pas d’accord sur la traduction de ἄκριδες, & ne conviennent pas qu’il faille le rendre par sauterelles. Isidore de Peluse entre autres, dans sa 132e Epître, parlant de cette nourriture de S. Jean, dit que ce n’étoit point des animaux, mais des pointes d’herbes ; & taxe d’ignorance ceux qui ont entendu ce mot autrement. Mais S. Augustin, Bede, Ludolphe & autres, ne sont pas de son avis. Aussi les Jésuites d’Anvers rejettent-ils l’opinion des Ebionites, qui à ἄκριδες substituent ἔγκριδες, qui étoit un mets délicieux, préparé avec du miel & de l’huile ; celle de quelques autres qui lisent ἀχάριδες ou χάριδες, des écrevisses de mer, & celle de Beze qui lit ἄχραδες, poires sauvages.

* ACRIMONIE, ACRETÉ, synonymes. Acrimonie est un terme scientifique qui désigne une qualité active & mordicante, qui ne s’applique guere qu’aux humeurs qui circulent dans l’être animé, & dont la nature se manifeste plûtôt par les effets qu’elle produit dans les parties qui en sont affectées, que par aucune sensation bien distincte.

Acreté est d’un usage commun, par conséquent plus fréquent : il convient aussi à plus de sortes de choses. C’est non-seulement une qualité piquante, capable d’être, ainsi que l’acrimonie, une cause active d’altération dans les parties vivantes du corps animal, c’est encore une sorte de saveur que le goût distingue & démêle des autres par une sensation propre & particuliere que produit le sujet affecté de cette qualité. On dit l’acrimonie des humeurs, & l’acreté de l’humeur.

* Acrimonie, s. f. (Chimie & Physiq.) considérée dans le corps acre, consiste dans quelque chose