Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 1.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ville d’Angleterre en Barkshire, & sur la Tamise. Long. 16. 20. lat. 51. 40.

AB-INTESTAT. Voyez Intestat. (H)

* ABISCAS, s. m. Peuple de l’Amérique méridionale, à l’Est du Pérou.

* ABISSINIE, s. f. grand Pays & Royaume d’Afrique. Long. 48-65. lat. 6-20.

ABIT, s. m. Quelques-uns se servent de ce mot pour exprimer la céruse. Voyez Aboit, Ceruse, Blanc de Plomb. (M)

ABJURATION, s. f. en général, acte par lequel on dénie ou l’on renonce une chose d’une maniere solemnelle, & même avec serment. V. Serment.

Ce mot vient du Latin abjuratio, composé de ab, de ou contre, & de jurare, jurer.

Chez les Romains le mot d’abjuration signifioit dénégation avec faux serment d’une dette, d’un gage, d’un dépôt, ou autre chose semblable, auparavant confiée. En ce sens l’abjuration est la même chose que le parjure ; elle differe de l’éjuration qui suppose le serment juste. Voyez Parjure, &c.

L’abjuration se prend plus particulierement pour la solemnelle rénonciation ou retractation d’une doctrine ou d’une opinion regardée comme fausse & pernicieuse.

Dans les Lois d’Angleterre, abjurer une personne, c’est renoncer à l’autorité ou au domaine d’une telle personne. Par le serment d’abjuration, on s’oblige de ne reconnoître aucune autorité royale dans la personne appellée le Prétendant, & de ne lui rendre jamais l’obéissance que doit rendre un sujet à son Prince. Voyez Serment, Fidélité, &c.

Le mot d’abjuration est aussi usité dans les anciennes Coûtumes d’Angleterre, pour le serment fait par une personne coupable de félonie, qui se retirant dans un lieu d’asyle, s’obligeoit par serment d’abandonner le Royaume pour toûjours ; ce qui le mettoit à l’abri de tout autre châtiment. Nous trouvons aussi des exemples d’abjuration pour un tems, pour trois ans, pour un an & un jour, & semblables.

Les criminels étoient reçûs à faire cette abjuration en certains cas, au lieu d’être condamnés à mort. Depuis le tems d’Edouard le Confesseur, jusqu’à la réformation, les Anglois avoient tant de dévotion pour les Eglises, que si un homme coupable de félonie se réfugioit dans une Eglise ou dans un Cimetiere, c’étoit un asyle dont il ne pouvoit être tiré pour lui faire son procès ; mais en confessant son crime à la Justice ou au Coroner, & en abjurant le Royaume, il étoit mis en liberté. V. Asyle & Coroner.

Après l’abjuration on lui donnoit une croix, qu’il devoit porter à la main le long des grands chemins, jusqu’à ce qu’il fût hors des Domaines du Roi : on l’appelloit la banniere de Mere-Eglise. Mais l’abjuration déchut beaucoup dans la suite, & se réduisit à retenir pour toûjours le prisonnier dans le Sanctuaire, où il lui étoit permis de finir le reste de ses jours, après avoir abjuré sa liberté & sa libre habitation. Par le Statut 21. de Jacques Ier, tout usage d’asyle, & conséquemment d’abjuration, fut aboli. Voyez Sanctuaire. (G)

* ABLAB, s. arbrisseau de la hauteur d’un sep de vigne. On dit qu’il croît en Egypte, qu’il garde sa verdure Hyver & Été, qu’il dure un siecle, que ses feuilles & ses fleurs ressemblent à celles de la féve de Turquie, que ses féves servent d’aliment en Egypte, & de remede contre la toux & la rétention d’urine, &c. Mais il faut attendre, pour ajoûter foi à cette plante & à ses propriétés, que les Naturalistes en aient parlé clairement.

* ABLAI, s. contrée de la grande Tartarie. Long. 91-101. lat. 51-54.

ABLAIS, s. m. terme de Coûtumes ; il se dit des blés sciés encore gissants sur le champ. (H)


* ABLAQUE, s. nom que les François ont donné à la soie de perle, ou ardassine. Cette soie vient par la voie de Smyrne ; elle est fort belle : mais comme elle ne souffre pas l’eau chaude, il y a peu d’ouvrages dans lesquels elle puisse entrer.

ABLATIF, s. m. terme de Grammaire. C’est le sixieme cas des noms Latins. Ce cas est ainsi appellé du Latin ablatus, ôté, parce qu’on donne la terminaison de ce cas aux noms Latins qui sont le complément des prépositions à, absque, de, ex, sine, qui marquent extraction ou transport d’une chose à une autre : ablatus à me, ôté de moi ; ce qui ne veut pas dire qu’on ne doive mettre un nom à l’ablatif que lorsqu’il y a extraction ou transport ; car on met aussi à l’ablatif un nom qui détermine d’autres prépositions, comme clam, pro, præ, &c mais il faut observer que ces sortes de dénominations se tirent de l’usage le plus fréquent, ou même de quelqu’un des usages. C’est ainsi que Priscien, frappé de l’un des usages de ce cas, l’appelle cas comparatif ; parce qu’en effet on met à l’ablatif l’un des correlatifs de la comparaison : Paulus est doctior Petro ; Paul est plus savant que Pierre. Varron l’appelle cas latin, parce qu’il est propre à la Langue Latine. Les Grecs n’ont point de terminaison particuliere pour marquer l’ablatif : c’est le génitif qui en fait la fonction ; & c’est pour cela que l’on trouve souvent en Latin le génitif à la maniere des Grecs, au lieu de l’ablatif latin.

Il n’y a point d’ablatif en François, ni dans les autres Langues vulgaires, parce que dans ces Langues les noms n’ont point de cas. Les rapports ou vûes de l’esprit que les Latins marquoient par les différentes inflexions ou terminaisons d’un même mot, nous les marquons, ou par la place du mot, ou par le secours des prépositions. Ainsi, quand nos Grammairiens disent qu’un nom est à l’ablatif, ils ne le disent que par analogie à la Langue latine ; je veux dire, par l’habitude qu’ils ont prise dans leur jeunesse à mettre du françois en latin, & à chercher en quel cas Latin ils mettront un tel mot François : par exemple, si l’on vouloit rendre en latin ces deux phrases, la grandeur de Paris, & je viens de Paris, de Paris seroit exprimé par le génitif dans la premiere phrase ; au lieu qu’il seroit mis à l’ablatif dans la seconde. Mais comme en françois l’effet que les terminaisons latines produisent dans l’esprit y est excité d’une autre maniere que par les terminaisons, il ne faut pas donner à la maniere françoise les noms de la maniere latine. Je dirai donc qu’en Latin amplitudo, ou vastitas Lutetiæ, est au génitif ; Lutetia, Lutetiæ, c’est le même mot avec une inflexion différente : Lutetiæ est dans un cas oblique qu’on appelle génitif, dont l’usage est de déterminer le nom auquel il se rapporte d’en restraindre l’extension, d’en faire une application particuliere. Lumen solis, le génitif solis détermine lumen. Je ne parle, ni de la lumiere en général, ni de la lumiere de la lune, ni de celle des étoiles, &c. je parle de la lumiere du soleil. Dans la phrase françoise la grandeur de Paris, Paris ne change point de terminaison ; mais Paris est lié à grandeur par la préposition de, & ces deux mots ensemble déterminent grandeur ; c’est-à-dire, qu’ils font connoître de quelle grandeur particuliere on veut parler : c’est de la grandeur de Paris.

Dans la seconde phrase, je viens de Paris, de lie Paris à je viens, & sert à désigner le lieu d’où je viens.

L’Ablatif a été introduit après le datif pour plus grande netteté.

Sanctius, Vossius, la Méthode de Port-Royal, & les Grammairiens les plus habiles, soûtiennent que l’ablatif est le cas de quelqu’une des prépositions qui se construisent avec l’ablatif ; en sorte qu’il n’y a jamais d’ablatif qui ne suppose quelqu’une de ces pré-