Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 12.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mence par une voyelle, par un h muet, par la consonne m, & quelquefois quand il commence par j ou par v : adapter (aptare ad), adhérer (hærere ad), admettre (mettre dans), adjoint (junctus ad), adverbe (ad verbum junctus), &c. Dans quelques cas, le d de ad se transforme en la consonne qui commence le mot simple, si c’est un c ou un q, comme accumuler, acquérir ; un f, comme affamer ; un g, comme aggréger ; un l, comme allaiter ; un n, comme annexer ; un p, comme applanir, appauvrir, apposition ; un r, comme arranger, arrondir ; un s, comme assaillir, assidu, assortir ; un t comme attribut, atténué, &c.

Ab ou abs, qui est sans aucune altération la préposition latine, marque principalement la séparation ; comme abhorrer, abjuration, ablution, abnégation, abortif, abrogé, absolution, abstinence, abstrait, abusif, &c.

Anti marque quelquefois la priorité, & alors il vient de la préposition latine ante, comme dans antidate ; mais ordinairement nous conservons le latin en entier, antécesseur. Plus souvent il vient du grec ἀντὶ, contrà, & alors il marque opposition : ainsi le poëme immortel du cardinal de Polignac, dont M. de Bougainville a donné au public une excellente traduction, porte à juste titre le nom d’Antilucrece, puisque la doctrine du poëte moderne est tout-à-fait opposée au matérialisme absurde & impie de l’ancien. Voyez Anti.

Co, com, col, cor & con, est une particule empruntée de la préposition latine cum (avec) dont elle garde le sens dans la composition. On se sert de co devant un mot simple qui commence par une voyelle ou par un h muet ; coadjuteur, coéternel, coincidence, coopération, cohabiter, cohéritier. On emploie com devant une des consonnes labiales b, p, ou m ; combattre, compétiteur, commutation. On se sert de col, quand le mot simple commence par l ; collection, colliger, collusion : le mot colporteur n’est point contraire à cette regle, il signifie porteur au col. On fait usage de cor devant les mots qui commencent par r, correlatif, correspondance. Dans toutes les autres occasions on se sert de con ; concordance, condenser, confédération, conglutiner, conjonctif, connexion, conquérir, consentir, conspirer, contemporain, convention.

Contre, servant comme particule, conserve le même sens d’opposition qui est propre à la préposition ; contredire, contremander, contrevenir : contrefaire, c’est imiter contre la vérité ; contrefait veut quelquefois dire, fait contre les lois ordinaires & les proportions de la nature ; contretirer une estampe, c’est la tirer dans un sens opposé & contraire. Mais dans contresigner, contre veut seulement dire auprès.

sert quelquefois à étendre la signification du mot ; elle est ampliative, comme dans déclarer, découper, détremper, dévorer : d’autres fois elle est négative & sert à marquer la suppression de l’idée énoncée par le mot simple, comme dans débarquer, décamper, dédire, défaire, dégénéré, déloyal, démasqué, dénaturé, dépourvu, déréglement, désabuser, détorse, dévaliser.

Dés est toujours négative dans le même sens que l’on vient de voir ; désaccorder, désennuyer, déshabiller, déshérité, déshonneur, désintéressement, désordre, désunion.

Di est communément une particule extensive ; diriger, c’est regler de point en point ; dilater, c’est donner beaucoup d’étendue ; diminuer, c’est rendre plus menu, &c.

Dis est plus souvent une particule négative ; discordance, disgrace, disproportion, disparité. Quelquefois elle marque diversité ; disputer (disputare) signifie littéralement diversa putare, ce qui est l’origine des disputes ; distinguer, selon M. l’abbé de Dangeau, (Opusc. p. 239.) vient de dis & de tingere


(teindre), & signifie proprement teindre d’une couleur différente, ce qui est très-propre à distinguer ; discerner, voir les différences ; disposer, placer les diverses parties, &c. Dans diffamer, difficile, difforme, c’est la particule dis dont le s final est changé en f, à cause du f initial des mots simples, & elle y est négative.

É & ex sont des particules qui viennent des propositions latines é ou ex, & qui dans la composition marquent une idée accessoire d’extraction ou de séparation : ébrancher, ôter les branches ; écervelé, qui a perdu la cervelle ; édenter, ôter les dents ; effréné, qui s’est soustrait au frein ; élargir, c’est séparer davantage les parties élémentaires ou les bornes ; émission, l’action de pousser hors de soi ; énerver, ôter la force aux nerfs ; épousseter, ôter la poussiere, &c. exalter, mettre au-dessus des autres ; excéder, aller hors des bornes ; exhéréder, ôter l’héritage ; exister, être hors du néant ; exposer, mettre au dehors ; exterminer, mettre hors des termes ou des bornes, &c. Il ne faut pas croire au reste, comme le donne à entendre M. l’abbé Regnier, (Gramm. franç. in-12. p. 545. in-4°. page 574.) que ce soit la particule é qui se trouve à la tête des mots écolier, épi, éponge, état, étude, espace, esprit, espece, &c. & de plusieurs autres qui viennent de mots latins commençant par s suivie d’une autre consonne, scholaris, spica, spongia, status, studium, spatium, spiritus, species, &c.

La difficulté que l’on trouva à prononcer de suite les deux consonnes initiales, fit prendre naturellement le parti de prononcer la premiere comme dans l’alphabet, es ; & dès lors on dit, & l’on écrivit ensuite, escolier, espi, esponge, estat, espace, esprit, espece, &c. l’euphonie dans la suite supprima la lettre s de la prononciation de quelques-uns de ces mots, & l’on dit écolier, épi, éponge, état, étude ; & ce n’est que depuis peu que nous avons supprimé cette lettre dans l’orthographe : elle subsiste encore dans celle des mots espace, esprit, espece, parce qu’on l’y prononce. Si cet e ne s’est point mis dans quelques dérivés de ces mots, ou dans d’autres mots d’origine semblable, c’est qu’ils se sont introduits dans la langue en d’autres tems, & qu’étant d’un usage moins populaire, ils ont été moins exposés à souffrir quelque altération dans la bouche des gens éclairés qui les introduisirent.

La particule en, dans la composition, conserve le même sens à-peu-près que la préposition, & marque position ou disposition : position, comme dans encaisser, endosser, enfoncer, engager, enlever, enjeu, enregistrer, ensevelir, entasser, envisager : disposition, comme dans encourager, endormir, engrosser, enhardir, enrichir, ensanglanter, enivrer. Lorsque le mot simple commence par une des labiales b, p ou m, la particule en devient em ; embaumer, empaler, emmailloter : & l’abbréviateur de Richelet, M. l’abbé Goujet, péche contre l’usage & contre l’analogie, lorsqu’il écrit enmailloter, enmancher, enménager, enmener.

In est une particule qui a dans notre langue, ainsi qu’elle avoit en latin, deux usages très-différens. 1°. Elle conserve en plusieurs mots le sens de la préposition latine in, ou de notre particule françoise en, & par conséquent elle marque position ou disposition ; position, comme incarnation, infuser, ingrédient, inhumation, initier, inné, inoculation, inscrire, intrus, invasion ; disposition, comme inciter, induire, influence, innover, inquisition, insigne, intention, inversion. In & en ont tellement le même sens, quand on les considere comme venues de la préposition, que l’usage les partage quelquefois entre des mots simples qui ont une même origine & un même sens individuel, & qui ne différent que par le sens spécifique : inclination, enclin ; inflammation, en-