Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 12.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


me en, y & dont..... 6°. Les syllabes ci, là & , ainsi que les enclitiques ne, ve, que des Latins, & l’enclitique τε des Grecs, sont aussi des particules..... 7°. Il y a d’autres sortes de particules qui servent à la composition des mots, & comme elles ne font jamais de mots à part, on les nomme des particules inséparables, comme re, de, des, mes, dis, &c...... Tous ces différens usages des particules, & l’utilité dont il est de connoître la force qu’elles ont dans le discours, pourroit faire croire que ce ne seroit pas mal fait de faire de la particule une dixieme partie d’oraison ».

Il paroît évidemment par cet extrait de ce qu’a écrit sur les particules le savant abbé de Dangeau, qu’il y a sur cet objet une incertitude singuliere & une confusion étrange dans le langage des Grammairiens ; & j’ajoute qu’il y a bien des erreurs.

1°. Donner le nom de particule à certains petits mots, quand on ne sait sous quel genre ou partie d’oraison on les doit ranger ; c’est constater par un nom d’une signification vague, l’ignorance d’un fait que l’on laisse indécis par malhabileté ou par paresse. Il seroit & plus simple & plus sage, ou de déclarer qu’on ignore la nature de ces mots, au lieu d’en imposer par un nom qui semble exprimer une idée, ou d’en rechercher la nature par voies ouvertes à la sagacité des Grammairiens.

2°. Regarder comme particules de petits mots qui à divers égards peuvent se ranger sous diverses parties d’oraison, ou qui sont, dit-on, quelquefois prépositions & quelquefois adverbes ; c’est introduire dans le langage grammatical la périssologie & la confusion. Quand vous trouvez, il est si savant, dites que si est adverbe ; & dans je ne sais si cela est entendu, dites que si est conjonction : mais quelle nécessité y a-t-il de dire que si soit particule ? Au reste, il arrive souvent que l’on croit mal-à-propos qu’un mot change d’espece, parce que quelque ellipse dérobe aux yeux les caracteres de syntaxe qui conviennent naturellement à ce mot : le mot après, dit M. de Dangeau, est préposition dans cette phrase, Pierre marche après Jacques ; il est adverbe dans celle-ci, Jacques marchoit devant, & pierre marchoit après : c’est une préposition dans la derniere phrase comme dans la premiere, mais il y a ellipse dans la seconde, & c’est comme si l’on disoit, Jacques marchoit devant (ou plutôt avant) Pierre, & Pierre marchoit après Jacques. On peut dire en général qu’il est très rare qu’un mot change d’espece ; & cela est tellement contre nature, que si nous en avons quelques-uns que nous sommes forcés d’admettre dans plusieurs classes, ou il faut reconnoître que c’est l’effet de quelque figure de construction ou de syntaxe que l’habitude ne nous laisse plus soupçonner mais que l’art peut retrouver, ou il faut l’attribuer à différentes étymologies : par exemple, notre adverbe si vient certainement de l’adverbe latin sic, & notre conjonction si est sans altération la conjonction latine si.

3°. Je ne crois pas, quoique M. de Dangeau le dise très-affirmativement, que l’on doive donner le nom de particule à nos petits mots du, des, au, aux. La Grammaire ne doit point juger des mots par l’étendue de leur matériel, ni les nommer d’après ce jugement ; c’est leur destination qui doit fixer leur nature. Or les mots dont il s’agit, loin d’être des particules dans le sens diminutif que présente ce mot, équivalent au contraire à deux parties d’oraison, puisque du veut dire de le, des veut dire de les, au veut dire à le, & aux veut dire à les. C’est ainsi qu’il faut les désigner, en marquant que ce sont des mots composés équivalens à telle préposition & tel article. C’est encore à-peu-près la même chose des mots en, y & dont : celui-ci est équivalent à de lequel, de laquelle, de lesquels, ou de lesquelles : les deux autres


sont de vrais adverbes, puisque le mot en signifie de lui, d’elle, de cela, de ce lieu, d’eux, d’elles, de ces choses, de ces lieux ; & que le mot y veut dire à cela, à ces choses, en ce lieu, en ces lieux : or tout mot équivalent à une préposition avec son complément, est un adverbe. Voyez Adverbe.

4°. Enfin je suis persuadé, contre l’avis même de l’habile grammairien dont j’ai rapporté les paroles, que ce seroit très-mal fait de faire des particules une nouvelle partie d’oraison. On vient de voir que la plûpart de celles qu’il admettoit avec le gros des grammairiens, ont déja leur place fixée dans les parties d’oraison généralement reconnues, & par conséquent qu’il est au moins inutile d’imaginer pour ces mots une classe à part.

Les autres particules, dont je n’ai rien dit encore, & que je trouve en effet très-raisonnable de désigner par cette dénomination, ne constituent pas pour cela une partie d’oraison, c’est-à-dire, une espece particuliere de mots : & en voici la preuve. Un mot est une totalité de sons devenue par usage, pour ceux qui l’entendent, le signe d’une idée totale : voyez Mot : or les particules, que je consens de reconnoître sous ce nom, puisqu’il faut bien en fixer la notion par un terme propre, ne sont les signes d’aucune idée totale ; la plupart sont des syllabes qui ne deviennent significatives, qu’autant qu’elles sont jointes à d’autres mots dont elles deviennent parties, de sorte qu’on ne peut pas même dire d’aucune que ce soit une totalité de sons, puisque chacune devient son partiel du mot entier qui en résulte.

Au lieu donc de regarder les particules comme des mots, il faut s’en tenir à la notion indiquée par l’étymologie même du nom, & dire que ce sont des parties élémentaires qui entrent dans la composition de certains mots, pour ajouter à l’idée primitive du mot simple auquel on les adapte, une idée accessoire dont ces élémens sont les signes.

On peut distinguer deux sortes de particules, à cause des deux manieres dont elles peuvent s’adapter avec le mot simple dont elles modifient la signification primitive, les unes sont prépositives, ou préfixes, pour parler le langage de la grammaire hébraïque, parce qu’elles se mettent à la tête du mot ; les autres sont postpositives, ou affixes, parce qu’elles se mettent à la fin du mot.

Les particules que je nomme prépositives ou préfixes, s’appellent communément prépositions inséparables ; mais cette dénomination est doublement vicieuse : 1°. elle confond les élémens dont il s’agit ici avec l’espece de mots à laquelle convient exclusivement le nom de préposition : 2°. elle présente comme fondamentale l’idée de la position de ces particules, en la nommant la premiere ; & elle montre comme subordonnée & accessoire l’idée de leur nature élémentaire, en la désignant en second : au lieu que la dénomination de particule prépositive ou préfixe n’abuse du nom d’aucune espece de mot, & présente les idées dans leur ordre naturel. On ne sauroit mettre dans ces termes techniques trop de vérité, trop de clarté, ni trop de justesse.

Voici dans l’ordre alphabétique nos principales particules prépositives.

A, ou ad, particule empruntée de la préposition latine ad, marque, comme cette préposition, la tendance vers un but physique ou moral. On se sert de a dans les mots que nous composons nous-mêmes à l’imitation de ceux du latin, & même dans quelques-uns de ceux que nous avons empruntés : aguerrir (ad bellum aptiorem facere), améliorer (ad melius ducere), anéantir (réduire à néant, ad nihilum) ; avocat que l’on écrivoit & que l’on prononçoit anciennement advocat (ad alienam causam dicendam vocatus). On se sert de ad quand le mot simple com-