Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 12.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En s’affoiblissant, la chaleur paroît avoir quelque chose de commun avec le froid, & en produire les effets.

C’est à la chaleur du soleil qu’il faut principalement attribuer les générations.

Cet astre atteint à toutes les parties de la terre, & n’en laisse aucune sans chaleur.

Il raisonne du froid, comme il a raisonné du chaud.

Il y distingue des degrés & des effets proportionnés à ces degrés : ces effets sont les contraires des effets du chaud.

Jettant ensuite les yeux sur la matiere subjuguée alternativement par les deux principes, il y apperçoit la propriété d’augmenter, de diminuer & de changer la chaleur.

Ou la chaleur y préexistoit, ou non ; si elle y préexistoit, elle s’accroît de celle qui survient.

Nous ne pousserons pas plus loin cette analyse : ce qui précede suffit pour montrer combien on peut déduire d’effets d’un si petit nombre de principes, & combien aussi il en reste d’inexplicables.

Mais ce qui jette particulierement du ridicule sur les idées de Telesius, c’est que la terre, ce point de l’espace, devient le theâtre d’une guerre qui décide de l’état de l’univers.

Ce philosophe est moins à louer de l’édifice qu’il a bâti, que du succès avec lequel il a attaqué celui qui subsistoit de son tems.

PARMESAN, Fromage (Diette.) c’est le nom qu’on donne à un fromage fort estimé des Italiens, qui se fait dans le Parmesan, d’où l’on en transporte dans toutes les parties de l’Europe. Ce pays est rempli d’excellens pâturages étant arrosé par le Pô. Les vaches y donnent beaucoup de lait, au point qu’un laboureur qui a cinquante vaches peut faire quelquefois jusqu’à cent livres de fromage par jour. On compte du fromage Parmesan de trois especes ; le fromaggio di forma a deux palmes de diametre & environ sept à huit pouces d’épaisseur. Le fromagio di robiole & le fromagio di robiolini, sont moins grands. On colore quelquefois ces fromages avec du saffran ; pour manger ce fromage dans sa bonté, il faut qu’il ait été gardé pendant trois ou quatre ans.

PARNAGE, s. m. (Jurisprud.) est la même chose que panage. Voyez ci devant Panage. (A)

PARNASSE, s. m. (Géog. anc.) en latin Parnassus ou Parnasus, selon Ptolomée, l. III. c. xv. voilà

Ce mont & son double sommet
Qui s’alloit cacher dans la nue,
Et sur qui Virgile dormoit.

Cette montagne de la Phocide étoit consacrée aux Muses, à Apollon & à Bacchus. Les Grecs modernes la nomment licaoura.

Presque tous les poëtes lui donnent deux sommets. Lucain, l. V. vers. 73. dit :

Parnassus gemino petit æthera colle
Mons Phœbo, bromeoque sacer.

Et Ovide, Métamorph. l. I. vers. 316.

Mons ibi verticibus petit ardua astra duobus
Nomine Parnassus, superat que cacumine nubes.

Ce fut sur le Parnasse qui tiroit son nom du héros Parnassus, fils de Neptune & de la nymphe Cléodore, que Deucalion & Pirrha se retirerent du tems du déluge, disent les mythologues ; & c’est vers le lieu où étoit la ville de Delphes, aujourd’hui Castri, que l’on peut justifier le nom de biceps, ou à deux sommets, qu’on a donné à cette montagne. De l’entredeux de ces sommets sort la fontaine Castalienne dont l’eau faisoit devenir poëtes ceux qui en buvoient.

M. Spon rapporte que cette fontaine coule dans


le roc où elle fait de belles cascades. Au fond de l’entre-deux du rocher, ajoute-t-il, nous apperçûmes trente piés au-dessus de notre tête une grande ouverture ; c’étoit-là l’antre des nymphes que les poëtes appelloient antrum Corycium ; l’eau de la fontaine est excellente, le soleil pouvant à peine y donner un quart-d’heure en tout le jour, à cause de la hauteur de la roche, qui est derriere & aux deux côtes. Au-dessous de la source de cette fontaine, il y a un bain quarré, à trois ou quatre degrés tailles dans le roc.

M. Spon fut curieux de visiter la cîme de deux croupes du parnasse, où il ne trouva que des rochers aussi anciens que le monde, sans aucun autre bâtiment, qu’une dixaine de huttes de bergers ; ensuite poursuivant son chemin sur le Parnasse en tirant vers le nord, il avança cinq ou six milles dans des fonds de vallon, & de bocages de pins, propres à la solitude que demande la poésie. Du reste, c’est un terroir sec & stérile ; ce qui nous apprend que les anciens ne logeoient pas les Muses dans des pays gras & fertiles, dont le séjour délicieux auroit corrompu l’austérité des mœurs.

Après ces valons, notre voyageur entra dans une plaine de sept ou huit milles de tour, où il vit quelques terres labourées ; ensorte qu’il avoit peine à croire qu’il fut sur une haute montagne. Il s’arrêta quelques tems auprès d’une belle source, qui pousse deux ou trois bouillons de la grosseur de la tête, & fait en sortant un ruisseau de sept à huit piés de large, qui roule deux ou trois cens pas parmi les cailloux, & se va jetter dans un marais au milieu de la plaine.

Cette plaine s’étend jusqu’au pié du Licaoura, qui est ordinairement couvert de neiges toute l’année ; il y a de cet endroit encore pour deux heures à monter jusqu’au sommet ; de sorte que le Parnasse est une des plus hautes montagnes, non-seulement de la Grèce, mais du monde. On le découvre de la forteresse de Corinthe, qui en est éloignée de plus de soixante milles. S’il étoit détaché des montagnes voisines comme le mont Athos, il paroîtroit de plus loin. Il a de tour une grande journée de chemin, & n’est habité que vers le bas. Le Parnasse a au midi la montagne de Cyrphis ; au levant la montagne d’Hélicon ; au nord, la plaine où étoit autrefois Etatea & la riviere Cephissus ; & au couchant, la plaine de Salona.

Je regrette la perte de la description du mont Parnasse qu’avoit fait la Guilletiere ; il est peu d’écrivains plus agréables, & M. Spon ne l’a point remplacé. (Le Chevalier de Jaucourt.)

PARNASSIDES, (Mythol.) surnom qu’on donnoit aux Muses, à cause du séjour qu’elles faisoient, dit-on, sur le parnasse.

PARNASSIE, PARNASSIA, s. f. (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose, composée de pétales inégaux, frangés & disposés en rond. Le pistil sort du calice & devient dans la suite un fruit membraneux & le plus souvent ovoïde, qui n’a qu’une seule capsule & qui renferme plusieurs semences oblongues attachées aux placenta, qui sont au nombre de quatre. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Ses feuilles sont arrondies & disposées circulairement ; le calice est composé de cinq pétales, la fleur est en rose, seule sur chaque tige, & composée de feuilles de différentes grandeurs & frangées ; l’ovaire se change en un fruit de figure conique, partagé en trois ou quatre loges faites en forme de bassin, & remplies de semences fort menues. Tournefort ne compte qu’une seule espece de parnassie, qu’il nomme parnassia palustris & vulgaris, I. R. H. 246. C’est le gramen parnassi ftore albo simplici, C. B. P. 309.