Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/290

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bat à deux tems d’un mouvement gai, & est ordinairement divisé en deux reprises. (S)

Rigaudon, pas de, c’est un pas de danse qui se fait à la même place, sans avancer, ni reculer, ou aller de côté, encore que les jambes fassent plusieurs mouvemens différens.

On le commence à la premiere position. Ayant les deux piés assemblés, on plie les deux genoux également, & on se releve en sautant, & en levant du même tems la jambe droite qui s’ouvre à côté, le genou est étendu, & du même moment on remet la jambe à la premiere position. Alors la jambe gauche se leve & s’ouvre à côté, sans faire aucuns mouvemens du genou. Ce n’est que la hanche qui agite la jambe & la baisse aussi-tôt. Les deux piés étant à terre, on se plie, & l’on se releve en sautant & en tombant sur les deux piés, & c’est ce qui termine le pas. On fait après un pas en-avant ou à côté, selon celui que vous voulez faire ensuite, ce qui ne sert qu’à lier ce pas avec un autre, & faire le mouvement du pas avec plus de facilité.

Tous ces différens mouvemens se doivent faire de suite, ne formant qu’un seul pas qui se fait dans une mesure à deux tems. Ainsi l’attention que l’on doit avoir, c’est que les jambes soient bien étendues lorsqu’on les leve, & lorsque l’on saute de retomber sur les deux pointes & les jambes tendues.

RIGEL, s. m. (Astron.) c’est le nom d’une étoile fixe de la premiere grandeur, qui est dans le pié gauche d’orion. Voyez Orion. (O)

RIGIDE, adj. (Gram.) austere, sévere, inflexible, exact. C’est un rigide observateur de la regle. Ce mot rigide vient du latin rigidus, roide : il ne s’emploie qu’au figuré. C’est l’opposé de mitigé : un janseniste rigide, un janséniste mitigé ; un newtonien, un cartésien rigide ; la rigidité des mœurs est toujours louable ; la rigidité des jugemens est quelquefois déplacée : j’aime les gens d’un goût rigide ; je ne hais pas la rigidité des raisonneurs.

RIGODULUM, (Géog. anc.) lieu de la Gaule belgique. Tout concourt à nous faire croire que Rigodulum étoit dans l’endroit où l’on voit aujourd’hui le village de Rigol, sur la rive gauche de la Moselle, environ à un mille germanique au-dessous de Trèves. Outre le rapport du mot Rigol à celui de Rigodulum, le village de Rigol est effectivement nommé Rigodulum dans une charte du roi Dagobert, qui en fait une donation à l’église de S. Maximin de Trèves, de laquelle il dépend encore actuellement. (D. J.)

RIGODUNUM, (Géog. anc.) ville de la grande Bretagne. Ptolomée, l. II. c. iij. la donne aux Brigantes, & la place entre Isurium & Olicana : on croit que c’est présentement Rippon. (D. J.)

RIGOLE, s. f. (Archit. hydraul.) ouverture longue & étroite fouillée en terre pour conduire l’eau ; cela se pratique lorsqu’on veut faire l’essai d’un canal pour juger de son niveau de pente ; ce qu’on nomme canal de dérivation.

On appelle rigoles les petites fondations peu profondes, & certains petits fossés qui bordent un cours ou une avenue, pour en conserver les rangs d’arbres. La rigole est différente de la tranchée, en ce qu’elle n’est pas ordinairement creusée quarrément.

Le mot rigole vient du latin rigare, arroser. Daviler. (D. J.)

Rigole de jardin, (Jardin.) espece de tranchée fouillée le plus souvent quarrément de six piés de large sur deux piés & demi de profondeur, pour planter une platebande de fleurs & des arbrisseaux dans un jardin. (D. J.)

RIGOMAGUM, (Géog. anc.) 1° ville d’Italie : l’itinéraire d’Antonin la met sur la route de Milan à Arles, en passant par les Alpes cottiennes. Elle étoit entre Carbautia & Quadratœ, à 12 milles du pre-


mier de ces lieux, & à 16 milles du second.

2°. Rigomagum est aussi, selon Ortelius, l’ancien nom latin de la ville de Rieux en Languedoc, & Rigomagus est le nom latin de la ville de Riom en Auvergne. (D. J.)

RIGORISME, s. m. (Gram.) profession de la morale chrétienne, ou de la morale en général dans toute sa rigueur. La plûpart des fondateurs de religion, de sociétés, de sectes, de monasteres, ont destiné leurs institutions à un grand nombre d’hommes, quelquefois à toute la terre, tandis qu’elles ne pouvoient convenir qu’au petit nombre de ceux qui leur ressembloient. D’où il est arrivé à la longue qu’elles sont devenues impraticables pour ceux-ci ; & il s’en est suivi la division en deux bandes, l’une de rigoristes & l’autre de relâchés. Il n’y a guere qu’une morale ordinaire & commune qui puisse être pratiquée & suivie constamment par la multitude. Il y a & il y aura dans tout établissement, dans toute profession théologique, monastique, politique, philosophique & morale, du jansénisme & du molinisme ; cela est nécessaire.

RIGORISTE, s. m. (Gram.) homme qui professe la morale chrétienne dans toute sa rigueur.

RIGOUREUX, adj. (Gram.) sévere, dur, exact ; un juge rigoureux, un pere rigoureux, un directeur rigoureux, un examen rigoureux, une courbe rigoureuse, où l’on ne considere plus de petits côtés infiniment petits, mais une suite de points successifs, sans aucune distinction d’angles & de côtés ; un hiver rigoureux ; une solution rigoureuse ; une assistance rigoureuse ; si durant le stage on manque par sa faute à quelque point, l’assistance rigoureuse est rompue, & l’on est obligé de la recommencer.

RIGUEUR, s. m. (Gram.) conformité sévere & inflexible à quelque loi donnée. Il ne faut pas toujours juger selon toute la rigueur de la justice ; le bon goût a sa rigueur & son indulgence ; le génie ne souffre point de rigueur. Il y a des rigueurs salutaires, & il y en a de mortelles. Il faut prendre ce texte à la rigueur. Les démonstrations du géometre sont rigoureuses. On dit la rigueur du froid, un hiver rigoureux, la rigueur du destin, les rigueurs d’une maîtresse.

Rigueur, mois de, (Jurisprud.) est un des mois affectés aux gradués, & dans lesquels le collateur ordinaire est obligé de conférer le bénéfice au gradué plus ancien qui l’a requis. Voyez Expectative, Faveur, Grace, Gradué, Mois de faveur & de rigueur. (A)

RIHN, le, (Géog. mod.) petite riviere du Holstein, dans la province de Stormarie. Elle passe par la ville de Gluckstat, & entre dans l’Elbe. (D. J.)

RILLE, la, ou RISLE, (Géog. mod.) en latin Risela, riviere de France, dans la Normandie. Elle a sa source sur les confins du diocèse de Seez ; & après un cours d’environ 20 lieues, elle se rend dans la Seine 2 lieues au-dessous de Quillebœuf. (D. J.)

RILLOURS, s. m. (Hist. nat. Zoolog.) espece de singes de l’île de Ceylan, qui sont très-nuisibles aux habitans par le dégât qu’ils font dans leurs moissons. Ils ont la tête blanche & couverte de longs cheveux qui leur flottent sur les épaules, il y en a d’une grosseur prodigieuse.

RIMA, s. m. (Botan. exot.) nom que donnent les Indiens à un excellent fruit de l’île de Tinian en Amérique, près d’Acapulco. Il vient sur un arbre assez gros & assez haut, lequel se divise en plusieurs branches à l’extrémité. Ses feuilles sont larges de 12 à 18 pouces, d’un verd foncé, & dentelées dans les bords ; le fruit croît indifféremment sur toutes les branches. Il est d’une figure elliptique de la longueur de 6 à 8 pouces, & couvert d’une écorce rude ; il naît séparément, & non en grappe. Son goût approche de celui d’un cul d’artichaud, & sa texture en est peu