Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 15.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du Marsais, Trop. part. III. art. vj. comme les personnes louches paroissent regarder d’un côté pendant qu’elles regardent d’un autre, de même dans les constructions louches, les mots semblent avoir un certain rapport pendant qu’ils en ont un autre » : par conséquent c’est la phrase même qui a le vice d’être louche ; & comme les objets vus par les personnes louches ne sont point louches pour cela, mais seulement incertains à l’égard des autres, de même le sens louche ne peut pas être regardé proprement comme louche, il n’est qu’incertain pour ceux qui entendent ou qui lisent la phrase. Si donc on donne le nom de sens louche à celui qui résulte d’une disposition louche de la phrase, c’est par métonymie que l’on transporte à la chose signifiée le nom métaphorique donné d’abord au signe. Voici un exemple de construction & de sens louche, pris par M. du Marsais, dans cette chanson si connue d’un de nos meilleurs opéra :

Tu sais charmer,
Tu sais desarmer
Le dieu de la guerre :
Le dieu du tonnerre
Se laisse enflammer.

« Le dieu du tonnerrre, dit notre grammairien, paroît d’abord être le terme de l’action de charmer & de désarmer, aussi bien que le dieu de la guerre : cependant quand on continue à lire, on voit aisément que le dieu du tonnerre est le nominatif ou le sujet de se laisse enflammer ».

Voici un autre exemple cité par Vaugelas, Rem. 119. « Germanicus, (en parlant d’Alexandre) a égalé sa vertu, & son bonheur n’a jamais eu de pareil.... On appelle cela, dit il, une construction louche, parce qu’elle semble regarder d’un côté, & elle regarde de l’autre ». On voit que ce puriste célebre fait tomber en effet la qualification de louche sur la construction plutôt que sur le sens de la phrase, conformément à ce que j’ai remarqué. « Je sais bien, ajoute-t-il en parlant de ce vice d’élocution, & j’adopte volontiers sa remarque : je sais bien qu’il y aura assez de gens qui nommeront ceci un scrupule & non pas une faute, parce que la lecture de toute la période fait entendre le sens, & ne permet d’en douter ; mais toujours ils ne peuvent pas nier que le lecteur & l’auditeur n’y soient trompés d’abord, & quoiqu’ils ne le soient pas long tems, il est certain qu’ils ne sont pas bien-aises de l’avoir été, & que naturellement on n’aime pas à se méprendre : enfin c’est une imperfection qu’il faut éviter, pour petite qu’elle soit, s’il est vrai qu’il faille toujours faire les choses de la façon la plus parfaite qu’il se peut, sur-tout lorsqu’en matiere de langage il s’agit de la clarté de l’expression ».

Le sens louche naît donc de l’incertitude de la relation grammaticale de quelqu’un des mots qui composent la phrase. Mais que faut-il entendre par un sens équivoque, & quelle en est l’origine ? Car ces deux expressions ne sont pas identiques, quoique M. du Marsais semble les avoir confondues (loc. cit.) Le sens équivoque me paroît venir sur-tout de l’indétermination essentielle à certains mots, lorsqu’ils sont employés de maniere que l’application actuelle n’en est pas fixée avec assez de précision. Tels sont les adjectifs conjonctifs qui & que, & l’adverbe conjonctif donc ; parce que n’ayant par eux-mêmes ni nombre ni genre déterminé, la relation en devient nécessairement douteuse, pour le peu qu’ils ne tiennent pas immédiatement à leur antécédent. Tels sont nos pronoms de la troisieme personne ; il, lui, elle, la, le, les, ils, eux, elles, leur ; parce que tous les objets dont on parle étant de la troisieme personne, il doit y avoir incertitude sur la relation de ces mots,


dès qu’il y a dans le même discours plusieurs noms du même genre & du même nombre, si l’on n’a soin de rendre cette relation bien sensible par quelques-uns de ces moyens qui ne manquent guere à ceux qui savent écrire. Tels sont enfin les articles possessifs de la troisieme personne, son, sa, ses, leur, leurs ; & les purs adjectifs possessifs de la même personne, sien, sienne, siens, siennes ; parce que la troisieme personne déterminée à laquelle ils doivent se rapporter, peut être incertaine à leur égard comme à l’égard des pronoms personnels, & pour la même raison.

Je ne cirerai point ici une longue suite d’exemples, je renverrai ceux qui en desirent, à la remarque 547 de Vaugelas, ou ils en trouveront de toutes les especes avec les correctifs qui y conviennent ; mais je finirai par deux observations.

La premiere, c’est que phrase louche & phrase équivoque, sont des expressions, comme je l’ai déja remarqué, synonymes si l’on veut, mais non pas identiques ; elles énoncent le même défaut de netteté, mais elles en indiquent des sources différentes. Phrase amphibologique, est une expression plus générale, qui comprend sous soi les deux premieres, comme le genre comprend les especes ; elle indique encore le même défaut de netteté, mais sans en assigner la cause. Ainsi, les impressions qu’il prit depuis, qu’il tâcha de communiquer aux siens, &c. c’est une phrase louche, parce qu’il semble d’abord qu’on veuille dire, depuis le tems qu’il tâcha, au lieu que depuis est employé absolument, & qu’on a voulu dire, lesquelles il tâcha ; incertitude que l’on auroit levée par un & avant qu’il tâchât. Lisias promit à son pere de n’abandonner jamais ses amis, c’est une phrase équivoque, parce qu’on ne sait s’il s’agit des amis de Lysias, ou de ceux de son pere : toutes deux sont amphibologiques.

La seconde remarque, c’est que M. du Marsais n’a pas dû citer comme une phrase amphibologique, ce vers de la premiere édition du Cid. (III. 6.)

L’amour n’est qu’un plaisir, & l’honneur un devoir.

La construction de cette phrase met nécessairement de niveau l’amour & l’honneur, & présente l’un & l’autre comme également méprisables : en un mot, elle a le même sens que celle-ci.

L’amour n’est qu’un plaisir, l’honneur n’est qu’un devoir.

Il est certain que ce n’étoit pas l’intention de Corneille, & M. du Marsais en convient ; mais la seule chose qui s’ensuive de-là, c’est que ce grand poëte a fait un contre-sens, & non pas une amphibologie ; & l’académie a exprimé le vrai sens de l’auteur, quand elle a dit :

L’amour n’est qu’un plaisir, l’honneur est un devoir.

Il faut donc prendre garde encore de confondre amphibologie & contre-sens : l’amphibologie est dans une phrase qui peut également servir à énoncer plusieurs sens différens, & que rien de ce qui la constitue, ne détermine à l’un plutôt qu’à l’autre : le contre-sens est dans une phrase qui ne peut avoir qu’un sens, mais qui auroit dû être construite de maniere à en avoir un autre. Voyez Contre-Sens.

Résumons. La signification est l’idée totale dont un mot est le signe primitif par la décision unanime de l’usage.

L’acception est un aspect particulier sous lequel la signification primitive est envisagée dans une phrase.

Le sens est une autre signification différente de la primitive, qui est entée, pour ainsi dire, sur cette premiere, qui lui est ou analogue ou accessoire, &