Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 15.djvu/546

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Romains. C’étoit elle qui présidoit aux étrennes, c’est-à-dire aux présens qu’on se faisoit le premier jour de l’année. Elle avoit un temple à Rome dans la quatrieme région de la ville. Nonnus Marcellus dit qu’elle fut ainsi appellée de strénitas, valeur, parce que Tortius qui institua la coutume de donner des étrennes, les établit comme des présens destinés aux vaillans hommes. (D. J.)

STRETTO, (Musiq. ital.) ce terme italien s’emploie quelquefois pour marquer qu’il faut rendre les tems de la mesure serrés & courts, & par conséquent fort vîtes. Brossard. (D. J.)

STRIATURA, (Architecture des Rom.) ce mot se prend dans Vitruve pour les concavités des colonnes cannelées ; il désigne aussi dans cet auteur l’espace plat ou le listel, qui est entre chaque cannelure. (D. J.)

STRIBORD, TRIBORD, DEXTRIBORD, EXTRIBORD, ou TIENBORD, s. m. (Marine.) c’est le côté gauche du vaisseau quand on va de la poupe à la proue.

STRICT, adj. (Gramm.) exact, rigoureux. On dit d’un terme, qu’il faut le prendre dans un sens strict.

STRIDON, (Géog. anc.) ville située aux confins de la Dalmatie, au nord de la source du Ertius, & assez près de la Save, à la droite ; elle étoit par conséquent dans l’Illyrie : son nom moderne est Sdrigna, selon Biondo. Les Goths ruinerent cette ville, & saint Jérôme nous apprend lui-même que c’étoit sa patrie. Il y naquit vers l’an 340 de Jesus-Christ, & mourut l’an 420, âgé d’environ 80 ans. J’ai assez parlé de ce grand docteur, au mot Peres de l’Eglise. (D. J.)

STRIES, s. f. (Conchyl.) rayures ou gravures en relief, qui se voyent sur la robbe d’une coquille ; elles sont différentes des rides qui forment des ondes irrégulieres, & des cannelures qui sont plus grandes & plus égales. (D. J.)

Stries, dans l’ancienne Architecture, sont les filets, rayons ou intervalles qui séparent les canelures des colonnes. Voyez Striges & Cannelures.

STRIGA, (Littérature.) ce mot signifioit chez les Romains un espace de terrain vuide dans les champs, destiné à la promenade des chevaux ; cet espace étoit long de cent vingt piés, & large de soixante. Mais le mot de striga signifie au propre un grande raie entre deux sillons, & dans l’arpentage, il signifioit une grande mesure de longueur. (D. J.)

Striga ou Striega, (Géog. mod.) petite ville d’Allemagne, en Silésie, dans la principauté de Schweidnitz, sur le bord de la riviere de Polsnitz.

STRIGE, s. f. dans l’ancienne Architecture ; c’est ce qu’on appelle cannelure dans l’architecture moderne. Voyez Cannelure.

On les appelle ainsi, parce qu’on suppose qu’originairement on les faisoit à l’imitation des plis des robes de femme, qu’on appelloit en latin strigæ. Les filets ou espaces qui sont entre ces plis s’appelloient striæ. Voyez Striæ.

STRIGILE, s. m. (Gymnast.) strigile, instrument de fer, de cuivre, d’argent, d’ivoire, de corne, &c. avec lequel les anciens se décrassoient le corps.

On distinguoit dans le strigile deux parties, le manche & la languette. Le manche, capulus, formoit ordinairement un parallélépipede rectangle, creux & oblong, dans le vuide duquel on pouvoit par les côtés engager la main dont on empoignoit de l’instrument. La languette, lingua, étoit courbée en demi-cercle, creusée en façon de gouttiere, & arrondie dans son extrémité la plus éloignée du manche, ce qui faisoit une espece de canal pour l’écoulement de l’eau de la sueur, de l’huile & des autres impuretés qui se séparoient de la peau par le mouvement de cette sorte d’étrille. Le couteau de chaleur dont on


se sert pour les chevaux a quelque rapport avec le strigile des Romains.

Ce strigile étoit chez eux d’un très-grand usage, non-seulement dans les bains pour frotter ceux qui se baignoient, mais aussi dans les gymnases pour nétoyer la peau des athletes de l’espece d’enduit que formoit le mélange d’huile, de sueur, de sable, de boue & de poussiere, dont ils étoient couverts.

Presque tout le monde avoit de strigiles dans sa maison, & ceux à qui ils appartenoient, faisoient graver leur nom sur le manche, ainsi qu’il paroît par quelques-uns de ces instrumens qu’on a trouvés dans les ruines des thermes de Trajan. (D. J.)

STRIGMENTUM, (Gymnastique.) ce mot latin signifie dans Pline la crasse & les ordures qu’on enlevoit de dessus le corps dans les bains, & dans les lieux des exercices publics. Strigmentum désigne aussi dans le même auteur, la crasse qu’on ôtoit de dessus les murs, ou les statues qui appartenoient au public.

Il y avoit donc trois sortes de strigmenta ; les unes qui provenoient des bains, étoient composées de sueur, d’huile & de crasse du corps. D’autres venoient de l’arene, & contenoient les mêmes choses, avec addition de la poussiere, qui avoit été répandue sur le corps, après qu’on avoit été frotté d’huile. Les troisiemes étoient détachées des murs & des statues du gymnase. Ces dernieres contenoient aussi de l’huile, avec des particules de la substance particuliere à laquelle elles étoient attachées, & dont par conséquent elles empruntoient quelque propriété. Si, par exemple, elles étoient détachées des statues de cuivre, c’étoit un mélange d’huile, de poussiere & de verd-de-gris. (D. J.)

STRIGONIE ou OSTROGON, (Géog. mod.) & par les Allemands Gran. Voyez ce mot. Cette ville est la capitale du comté de Strigonie, dans la basse Hongrie. Elle a des bains naturels dont la chaleur est modérée, & elle est la patrie de saint Etienne, premier roi chrétien de Hongrie, mort à Bude en 1038.

Strigonie, comté de, (Géog. mod.) il est coupé en deux par le Danube. Il a les comtes de Comore & de Bars au nord, celui de Novigrad au levant, celui de Piliez au midi, & celui de Javarin au couchant. Ses principaux lieux sont Strigonie à la droite du Danube, & Pilsen à la gauche. (D. J.)

STRIKE, s. m. (Com.) est une mesure qui contient quatre boisseaux, & dont les deux sont un quarter, ou huit boisseaux. Voyez Boisseau & Quarter.

Le strike de lin, est la quantité de lin qu’on peut prendre en une poignée. Dictionn. de Chambers.

STRIPERTZ ou STRIPMALM, s. m. (Hist. nat. Minéralogie.) les minéralogistes suédois désignent sous ce nom une mine de plomb, dans laquelle ce métal se trouve combiné avec de l’argent & de l’antimoine minéralisés par le soufre. Elle a la couleur de la mine de plomb, ou galêne ordinaire ; elle est composée de stripes ou d’aiguilles plus ou moins fines. On trouve cette mine dans la mine de Sahla en Suede ; elle est difficile à traiter, parce que ces substances se nuisent les unes aux autres.

STRIURE, s. f. (Architecture.) il se dit de la cannelure des colonnes, & de cet intervalle creux qui regne du haut en bas du fût de la colonne, pour la faire paroître plus grosse & plus agréable.

STRIX, s. m. (Littérat.) espece d’oiseau de nuit dont parlent les anciens ; nous ne le connoissons point ; eux-mêmes n’en savoient pas plus que nous du tems de Pline. Il est certain qu’il ne paroissoit que la nuit, & on le nommoit strix à cause de son cri. Ovide le dit dans le sixieme livre des fastes.