Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 17.djvu/593

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On les fait bouillir dans de l’eau, & l’on en prépare un bain qu’on dit être bon contre la fievre avec frisson. On broie sa fleur & son fruit, on en fait un sachet, on met bouillir ce sachet dans du lait de femme, & l’on a un topique recommandé dans les mêmes fievres. Ray.

WATTEN, (Géog. mod.) petite ville de France, dans la Flandre, en la châtellenie de Bourbourg, sur l’Aa, à 2 lieues au-dessous de S. Omer, avec une abbaye d’hommes de l’ordre de S. Augustin. Long. 19. 56. latit. 54. 43.

WATWEIL, (Géog. mod.) petite ville ou plutôt bourgade de France, en Alsace, entre Sultz & Tannen ; il y a dans son voisinage des eaux souffrées, propres pour dessécher & guérir les maladies de peau.

WAVENEY, le, (Géog. mod.) riviere d’Angleterre. Elle a sa source dans la province de Suffolck, au voisinage de Lop-Hamford, & finit par donner une partie de ses eaux au lac Luthing, & l’autre partie à la riviere d’Yare. (D. J.)

WAVRE, (Géog. mod.) petite ville des Pays-bas, dans le Brabant-wallon, à trois lieues & demie de Louvain, à quatre & demie de Bruxelles, à cinq de Nivelle, & à sept de Namur. Cette place qui contenoit autrefois six mille communians, & plus de deux mille maisons, a éprouvé coup-sur-coup des incendies qui l’ont réduite à un simple bourg.

WAZA, (Géog. mod.) province de l’empire russien. Elle est bornée au nord par la province de Dwina ; à l’orient, par l’Oustiong ; au couchant, par l’Onéga & le Carcajol. Cette province, que la riviere de Waza traverse du midi au nord, est toute couverte de forêts.

Waza, la, (Géog. mod.) M. de Lisle écrit Vaga, riviere de l’empire russien. Elle tire sa source d’un lac de la ville de Bélozéro, arrose les extrémités de plusieurs provinces, donne son nom à la petite ville de Waza, située vers son embouchure, & se perd dans la Dwina. (D. J.)

WE

WEAVER, le, (Géogr. mod.) riviere d’Angleterre, dans Chestershire. Elle sort de l’étang de Ridley-Pool, passe à Norwich, & va se jetter dans le Mersey.

WEAUME, la, (Géogr. mod.) petite riviere de France, en Provence. Elle a sa source dans le territoire d’Auriol, & se perd dans la mer près de Marseille. Sanson croit que la Weaums est l’ancien Ivelinus. (D. J.)

WECHTERBACH, (Géog. mod.) petite ville d’Allemagne, dans la Vétéravie, sur la droite de Kintz, au comté d’Isenbourg, avec un château. (D. J.)

WEDERO, (Géog. mod.) ou WERO, île de la Manche de Danemarck, ertre les îles de Samsoé & de Syro, dont elle est éloignée d’environ trois milles. (D. J.)

WEDON, (Géog. mod.) bourg d’Angleterre, dans le comté de Northampton, sur le bord de l’Avon. Ce bourg n’a rien de remarquable que son ancienneté, car il a été connu des Romains sous le nom de Bannavenna. Le roi Wulphère y a eu autrefois son palais, que sa fille convertit en monastere.

WEEL, (Géog. mod.) ou WEILE, petite ville de Danemarck, dans le Nort-Jutland, au diocèse de Rypen, sur sa côte orientale, à 4 lieues au nord de Kolding.

WEELOCK, le, (Géog. mod.) petite riviere d’Angletererre, dans la province de Chester. Elle tire sa source de trois ruisseaux, & se jette dans la Dane, après un cours de 12 milles. (D. J.)

WEEN, (Géog. mod.) ou HUENE, île de Suede,


dans le détroit du Sund. Après que le Danemarck eût cédé à la Suede la Scanie, les Suédois réclamerent encore Ween comme une dépendance, & les Danois la réclamoient comme appartenante à la Sélande. Ils étoient fondés sur la raison, & les Suédois sur la supériorité de leurs forces qui les fit triompher. Depuis ce tems, ils possedent cette île remarquable par les ruines du fameux château d’Uranibourg, autrefois la demeure de Tycho-Brahé. Voici ce qu’en dit le comte de Plelo, dans une lettre au chevalier de la Vieuville, écrite en 1732.

« C’est-là que ce divin génie,
» Sous les auspices d’Uranie,
» Avoit établi son séjour.
» Là se remarquoit cette tour
» Aux astres par lui consacrée,
» D’où, perçant la voûte azurée,
» Il tenta de voler aux dieux
» Le secret de l’ordre des cieux.

» C’est-à-dire, pour m’exprimer plus simplement, que ce fut dans ce lieu qu’il composa son système du monde, & où il fit bâtir le château d’Uranibourg, avec l’observatoire de Stellesbourg, dont les descriptions nous donnent une si belle idée, si l’on s’en rapporte a ce qu’elles disent.

» L’île de Ween étoit alors l’asyle, ou plutôt le temple de tous les arts ; car outre les endroits destinés aux études astronomiques, l’on y voyoit aussi des laboratoires, des manufactures, & des atteliers de différens genres, tous si bien disposés, que sans se gêner dans aucunes de leurs fonctions particulieres, ils concouroient tous au but commun de se perfectionner les uns les autres, par une étroite correspondance.

» Il n’y avoit pas jusqu’aux Muses, graves ou badines, qui n’eussent là leur place ; mais ce qui m’en auroit touché davantage, c’est que le maître du lieu, continuellement entouré d’une foule de disciples que sa réputation lui attiroit de tous côtés, n’épargnoit rien pour leur faire trouver dans sa retraite, toutes les douceurs & toutes les commodités de la vie, en même tems qu’il leur faisoit trouver dans sa conversation, & dans ses lumieres, tous les secours qui pouvoient applanir le chemin des sciences les plus relevées ; c’étoit partout des promenades, des jardins & des bosquets charmans.

» Tels on nous peint, dans nos vieux âges,
» Les Socrates & les Platons,
» Sous de délicieux ombrages,
» Donnant leurs sublimes leçons.

» Il est vrai qu’à la honte du pays, ou pour mieux dire de la nation, on ne laissa pas long-tems jouir ce grand homme d’un loisir si noble & si bien employé. Il se vit bientôt dépouillé de son île, forcé peu-à-peu à quitter tout-à-fait sa patrie, & l’on poussa la rage jusqu’à faire abattre tout ce qu’il avoit fait construire, de sorte

» Qu’il n’en reste aucun fondement,
» Et qu’à peine aujourd’hui sur l’herbe
» D’une demeure si superbe,
» Reconnoît-on l’emplacement ;
» Mais, malgré toute la furie
» Qu’ont exercé contre ces lieux
» L’injustice & la barbarie,
» Ils resteront toujours fameux.
» Toujours de leur antique gloire
» Ils rappelleront la mémoire ;
» Et toujours à leur seul aspect,
» On sera saisi de respect.

» C’est du-moins ce qui nous arrive chaque fois