Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 3.djvu/524

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se fournir des clous nécessaires à leurs chaussures.

CLAUDE, (Saint.) Géog. mod. ville de France en Franche-Comté, sur la riviere de Lison. Longit. 23. 35. lat. 46. 20.

CLAUDIANISTES, branche des Donatistes ; ainsi appellée d’un certain Claude qu’elle eut pour chef. Voyez Donatistes.

CLAUDICATION, s. f. (Medec. Chirurg.) l’action de boiter, le boitement ; mais ce dernier terme n’est pas reçu, & le premier n’est qu’une périphrase. Le mot claudication, pris du Latin, mériteroit d’être adopté dans le discours ordinaire, puisque d’ailleurs nous n’avons point d’autre terme à lui substituer, & que les gens de l’art s’en servent tous dans leurs écrits.

La claudication dépend de plusieurs causes différentes. Elle arrive ou de naissance, ou dans l’accouchement par le déboîtement de l’os de la cuisse avec les os innominés, par la mauvaise conformation de la cavité cotyloïde de ces os, par la foiblesse des hanches, par divers accidens externes, & par maladie.

La claudication de naissance est un vice de conformation sans remede ; mais il ne passe pas d’ordinaire des meres aux enfans : cependant cela peut arriver quelquefois par des causes difficiles à découvrir. Zwinger a connu une femme boiteuse qui mit au monde trois enfans affectés de la même incommodité.

Dans toutes les especes de luxations accidentelles du fémur, comme aussi dans sa fracture, l’action de boiter suit nécessairement, & ne se guérit que quand la réduction a été bien faite. Quelquefois de simples coups ou de légeres chûtes ont occasionné une espece de luxation de l’os de la cuisse, qui donne un épanchement de synovie, relâche les ligamens, chasse la tête de l’os hors de sa place, & procure absolument la claudication ; quelquefois même le chirurgien par son mauvais traitement en est seul la cause.

Ambroise Paré prétend que tous ceux qui ont eû la rotule fracturée, restent nécessairement boiteux après la guérison de cette fracture : cependant l’expérience fait voir que la rotule fracturée se guérit, sans qu’on demeure ni boiteux, ni même incommodé. J’en trouve des exemples dans Petit & dans Palfin.

Dans la luxation complette des os de la jambe, ce qui est un cas très-rare, le malade devient boiteux, si par hasard il réchappe de cette affreuse luxation.

Plusieurs praticiens pensent aussi que la luxation de l’astragale ne peut jamais guérir qu’elle n’entraîne la claudication, & il faut avoüer qu’elle en est la suite ordinaire.

Dans la rupture incomplette du tendon d’achille, non-seulement le malade boite, mais il ne peut marcher qu’en passant avec peine alternativement un pié devant l’autre, & en pliant la jambe pour cet effet.

La claudication, qui est une suite de l’entorse, cesse par la guérison du mal.

La cuisse, ou la jambe trop longue ou trop courte, par l’effet de quelque violence faite à l’enfant quand il est venu au monde, le rend boiteux pour le reste de ses jours, si l’on ne tente de bonne heure d’y remédier, en essayant de remettre le bassin dans son assiette naturelle. On a lieu de présumer que Robert III. duc de Normandie, n’étoit boiteux que par cette cause.

La cuisse & la jambe devenues plus courtes par l’effet du desséchement de ces parties, à la suite de quelque maladie, produisent une claudication incurable. Il en est de même du relâchement des ligamens, lors


par exemple que l’humeur de la sciatique ankilose l’articulation des os innominés.

S’il se forme un skirrhe dans l’un des reins, la cuisse du même côté devient paralytique, ou du moins boiteuse, mal inguérissable.

Souvent il arrive, sans qu’il y ait de luxation, que la jambe par la seule contraction, ou le seul roidissement des muscles qui servoient à ses mouvemens, se retire au point qu’on ne peut marcher sans boiter. Le remede à cet accident, est d’employer des fomentations émollientes, jointes aux résolutifs spiritueux, des bains de tripes, gras & adoucissans, des douches d’eaux chaudes minérales, & de porter un soulier garni d’une semelle de plomb, dont le poids soit proportionné au retirement plus ou moins grand de la jambe.

La foiblesse des hanches produit la claudication des deux côtés. La cause de cette disgrace vient quelquefois des nourrices & gouvernantes qui laissent marcher leurs enfans seuls & sans aide, avant que les parties qui doivent soûtenir le poids de leur corps ayent acquis la fermeté nécessaire.

Pour corriger cette faute, quand on s’en apperçoit dans les commencemens, on recourra à des ceintures qui compriment tout le tour du ventre, & qui soient bien garnies vers les hanches : cette compression donne de l’assûrance & de la force dans le marcher, en raffermissant les hanches. Il faut outre cela les bassiner plusieurs fois par jour pendant plusieurs mois avec des décoctions astringentes, & continuer de raffermir les parties par l’usage du bandage.

Il nous manque en Chirurgie un traité sur la claudication. Personne n’en a discuté les diverses causes & les remedes, & il y en a dans certaines circonstances ; car enfin c’est une difformité fâcheuse, digne de toute l’attention de ces hommes qui sont nés pour le bien public.

Les boiteux de naissance, ou devenus tels par accident, ne méritent que davantage d’être plaints, quoiqu’il se puisse trouver dans cet accident des sujets légitimes de consolation, & quelquefois même d’une considération plus particuliere qui en résulte. Ils n’échapperent point à cette femme Lacédémonienne, qui dit à son fils boiteux d’une blessure qu’il avoit reçûe en défendant sa patrie, « Va, mon fils, tu ne saurois faire un pas qui ne te fasse souvenir de ta valeur, & qui ne te couvre de gloire aux yeux de tes concitoyens ». Voyez Boiteux. Cet article est de M. le Chevalier de Jaucourt.

CLAVEAU, s. m. (Architect.) est une des pierres en forme de coin, qui sert à fermer une plate-bande. Lat cunei.

Claveau à crossette, est celui dont la tête retourne avec les assises de niveau, pour faire liaison.

Ces claveaux sont ordinairement ornés de sculpture ; je dis ordinairement, car il arrive souvent qu’on en fait un trop fréquent usage. Ces ornemens ne devroient être employés que dans les cas où l’ordonnance semble l’exiger, comme dans les façades des bâtimens de quelque importance, où l’architecture & la sculpture annonçant la magnificence, il paroîtroit à craindre que les claveaux des arcades ou croisées étant lisses, ne fussent un défaut de convenance : mais d’en admettre jusque dans les maisons à loyer, destinées au commerce & au logement des artisans, c’est prodiguer ce qui doit seul distinguer les maisons des grands d’avec la demeure des particuliers.

Le défaut de convenance n’est pas le seul que l’on puisse reprocher dans le cas dont il s’agit aux décorateurs de nos jours ; le ridicule de donner à ces claveaux des formes pittoresques & de travers, est bien plus condamnable. Voyez ce que nous en avons dit en parlant des agrafes. (P)