Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 4.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne vous force point à répandre des larmes. Voilà tout l’attribut : c’est l’attribut total ; c’est ce qu’on juge de on.

Force est le verbe qui est dit de on ; c’est pour cela qu’il est au singulier & à la troisieme personne.

Ne point, ces deux mots font une négation : ainsi la proposition est négative. Voyez ce que nous avons dit de point, en parlant de l’article vers la fin.

Vous : ce mot, selon la construction usuelle, est ici avant le verbe ; mais, selon l’ordre de la construction des vûes de l’esprit, vous est après le verbe, puisqu’il est le terme ou l’objet de l’action de forcer.

Cette transposition du pronom n’est pas en usage dans toutes les langues. Les Anglois disent, I dress my self ; mot à mot, j’habille moi-même : nous disons je m’habille, selon la construction usuelle ; ce qui est une véritable inversion, que l’habitude nous fait préférer à la construction réguliere. On lit trois fois au dernier chapitre de l’évangile de S. Jean, Simon diligis me ? Simon amas me ? Pierre aimez-vous moi ? nous disons Pierre m’aimez-vous ?

La plûpart des étrangers qui viennent du Nord disent j’aime vous, j’aime lui, au lieu de dire je vous aime, je l’aime, selon notre construction usuelle.

A répandre des larmes : répandre des larmes, ces trois mots font un sens total, qui est le complément de la préposition à. Cette préposition met ce sens total en rapport avec force, forcer, à cogere ad. Virgile a dit, cogitur ire in lacrymas (Æn. l. IV.v.413.), & vocatit ad lacrymas Æn. l. XI. v. 96.

Répandre des larmes : des larmes n’est pas ici le complément immédiat de répandre ; des larmes est ici dans un sens partitif ; il y a ici ellipse d’un substantif générique : répandre une certaine quantité de les larmes ; ou, comme disent les Poëtes Latins, imbrem lacrymarum, une pluie de larmes.

Vous ne formez jamais d’inutiles desirs.

Vous, sujet de la proposition ; les autres mots sont l’attribut.

Formez, est le verbe à la seconde personne du présent de l’indicatif.

Ne, est la négation qui rend la proposition négative. Jamais, est un adverbe de tems. Jamais, en aucun tems. Ce mot vient de deux mots latins, jam, & magis.

D’inutiles desirs, c’est encore un sens partitif ; vous ne formez jamais certains desirs, quelques desirs qui soient du nombre des desirs inutiles. D’inutiles desirs : quand le substantif & l’adjectif sont ainsi le déterminant d’un verbe ou le complément d’une préposition dans un sens affirmatif, si l’adjectif précede le substantif, il tient lieu d’article, & marque la sorte ou espece, vous formez d’inutiles desirs ; on qualifie d’inutiles les desirs que vous formez. Si au contraire le substantif précede l’adjectif, on lui rend l’article ; c’est le sens individuel : vous formez des desirs inutiles ; on veut dire que les desirs particuliers ou singuliers que vous formez, sont du nombre de les desirs inutiles. Mais dans le sens négatif on diroit, vous ne formez jamais, pas, point, de desirs inutiles : c’est alors le sens spécifique ; il ne s’agit point de déterminer tels ou tels desirs singuliers ; on ne fait que marquer l’espece ou sorte de desirs que vous formez. Dans vos tranquilles cœurs l’amour suit la nature. La construction est, l’amour suit la nature dans vos cœurs tranquilles. L’amour est le sujet de la proposition, & par cette raison il précede le verbe ; la nature est le terme de l’action de suit, & par cette raison ce mot est après le verbe. Cette position est dans toutes les langues, selon l’ordre de l’énonciation & de l’analyse des pensées : mais lorsque cet ordre est interrompu par des transpositions, dans les langues qui ont des cas, il est indiqué par une terminaison

particuliere qu’on appelle accusatif ; ensorte qu’après que toute la phrase est finie, l’esprit remet le mot à sa place.

Sans ressentir ses maux, vous avez ses plaisirs.


Construction, vous avez ses plaisirs, sans ressentir ses maux. Vous est le sujet ; les autres mots sont l’attribut.

Sans ressentir ses maux. Sans est une préposition, dont ressentir ses maux est le complément. Ressentir ses maux, est un sens particulier équivalent à un nom. Ressentir, est ici un nom verbal. Sans ressentir, est une proposition implicite, sans que vous ressentiez. Ses maux, est après l’infinitif ressentir, parce qu’il en est le déterminant ; il est le terme de l’action de ressentir.

L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture,
Qui font tant de maux parmi nous,
Ne se rencontrent point chez vous.

Cette période est composée d’une proposition principale & d’une proposition incidente. Nous avons dit qu’une proposition qui tombe entre le sujet & l’attribut d’une autre proposition, est appellée proposition incidente, du latin incidere, tomber dans ; & que la proposition dans laquelle tombe l’incidente est appellée proposition principale, parce qu’ordinairement elle contient ce que l’on veut principalement faire entendre.

L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture,
Ne se rencontrent point chez vous.

Voilà la proposition principale.

L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture ; c’est là le sujet de la proposition : cette sorte de sujet est appellé sujet multiple, parce que ce sont plusieurs individus qui ont un attribut commun. Ces individus sont ici des individus métaphysiques, des termes abstraits, à l’imitation d’objets réels.

Ne se rencontrent point chez vous, est l’attribut : or on pouvoit dire, l’ambition ne se rencontre point chez vous ; l’honneur ne se rencontre point chez vous ; l’intérêt, &c. ce qui auroit fait quatre propositions. En rassemblant les divers sujets dont on veut dire la même chose, on abrege le discours, & on le rend plus vif.

Qui font tant de maux parmi nous, c’est la proposition incidente : qui en est le sujet ; c’est le pronom relatif ; il rappelle à l’esprit l’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture, dont on vient de parler.

Font tant de maux parmi nous, c’est l’attribut de la proposition incidente.

Tant de maux, c’est le déterminant de font, c’est le terme de l’action de font.

Tant, vient de l’adjectif tantus, a, um. Tant est pris ici substantivement ; tantum malorum, tantum χρῆμα malorum, une si grande quantité de maux.

De maux, est le qualificatif de tant ; c’est un des usages de la préposition de, de servir à la qualification.

Maux, est ici dans un sens spécifique, indéfini, & non dans un sens individuel : ainsi maux n’est pas précédé de l’article les.

Parmi nous, est une circonstance de lieu ; nous est le complément de la préposition parmi.

Cependant nous avons la raison pour partage,
Et vous en ignorez l’usage.

Voilà deux propositions liées entr’elles par la conjonction &.

Cependant, adverbe ou conjonction adversative, c’est-à-dire qui marque restriction ou opposition par rapport à une autre idée ou pensée. Ici cette pensée est, nous avons la raison ; cependant malgré cet avantage, les passions font tant de maux parmi nous. Ainsi cependant marque opposition, contrariété, entre