Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 5.djvu/897

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


J’ai ajusté sur la plaque du cadran la piece ponctuée ll, qui passe sous le levier F, qui peut parcourir un certain espace dessus cette piece ll. Elle a une entaille au-travers de laquelle passe une vis taraudée dans un morceau de cuivre i ; de sorte que par la pression de cette vis, je puis rendre le levier immobile au point que je veux.

Je fixe d’abord le levier, en sorte que ni l’une ni l’autre cheville de la partie T ne puissent s’engager dans l’étoile E ; & là je trace sur le plan 2 de la piece l un trait qui soit fin, & près du levier qui me sert de regle, je marque zéro sur ce trait qui me servira pour tracer les parties de la courbe, où d’un jour à l’autre l’équation n’est ni augmentée, ni diminuée : je fais changer le levier de position, & le place de sorte que la cheville supérieure puisse s’engager pour faire tourner une dent de l’étoile ; ce qui répond à cinq secondes, & marque 1 sur ce trait, & continuant les mêmes opérations en marquant successivement 1 dent, 2, 3, &c. jusqu’à ce que le levier s’engage assez avant dans l’étoile pour faire changer six dents, lesquelles feront 30 secondes, qui est la plus grande quantité dont le Soleil varie en 24 heures. Sur ce côté je marque retarde, afin de me souvenir que c’est pour faire retarder l’aiguille du tems vrai ; ensuite je fais passer mon levier de l’autre côté du trait de zéro, & je marque quatre traits, avec les soins que j’avois pris pour les autres, c’est-à-dire que l’un réponde à l’enfoncement qu’exige la cheville inférieure pour faire tourner l’étoile d’une dent, & ensuite de 2, 3 jusqu’à 4 qui feront 20 s. & marquer de ce côté avance. Ceci détermine donc tous les enfoncemens des pas de limaçon ; il n’est plus question que de leur longueur qui est marquée dans la table ci-après.

La roue annuelle, l’ellipse, & le levier étant ainsi en place, je fixe le levier sur le trait de zéro, & fais tourner la roue annuelle, & la mets au 18 de Mai ; & par un trou percé au point F du levier FT, je marque un point sur la courbe ; il faut ensuite faire passer une dent de la roue annuelle, ce qui donnera le 19 Mai, & mettre le levier sur le trait 1, côté du retard, marquer un point sur la courbe avec le foret ; ensuite faire passer la roue annuelle au 30 Mai, marquer encore un point, & suivre ainsi la table jusqu’à ce que la révolution annuelle soit faite : enfin percer des trous fins pour tous les points marqués, & tirer des traits de compas par tous les trous qui se trouvent à la même distance du centre ; les pas formés, il ne s’agira plus, l’ayant limée, que d’égaler la piece O ; la piece ll servira encore pour cela. Cette opération faite, les pieces ponctuées ill2 deviendront inutiles, & ne doivent pas rester attachées à la plaque ; elles peuvent servir au contraire pour tracer d’autres courbes semblables.

Table pour tracer la courbe de la pendule ci-dessus calculée, pour les années bissextiles & communes.


Soleil
retarde
.
Du 12 Mai, le levier sera sur 0 jusqu’au 18 dudit mois ; du 19, une dent du côté retard, jusqu’au 30 ; du 31 Mai, 2 dents jusqu’au 11 Juin ; du 12 dudit, 3 dents jusqu’au 18 ; du 19, 2 dents jusqu’au 23 ; du 24, 3 dents jusqu’au 28 ; du 29 dudit, 2 dents jusqu’au 12 Juillet ; du 13 dudit, 1 dent jusqu’au 22 ; du 23, 0 jusqu’au 30.
Soleil avance. Du 31 Juillet, 1 dent du côté avance, jusqu’au 7 Août ; du 8 dud. 2 dents jusqu’au 17 ; du 18 dud. 3 dents jusqu’au 28 ; du 29 Août, 4 dents jusqu’au 4 Octobre, du 5 dud. 3 dents jusqu’au 15 ; du 16, 2 dents jusqu’au 23 ; du 24 dud. 1 dent jusqu’au 30 ; du 31 Octobre, 0 jusqu’au 5 Novembre.
Soleil
retarde
.
Du 6 Novembre, 1 dent du côté du retard, jusqu’au 11 ; du 12, 2 dents jusqu’au 17 ; du 18, 3 dents jusqu’au 22 ; du 23, 4 dents jusqu’au 30 ; du 1 Décembre, 5 dents jus qu’au 11 ; du 12, 6 dents jusqu’au 3 Janvier ; du 4 dudit, 5 dents jusqu’au 12 ; du 13 dud. 4 dents jusqu’au 21 ; du 22, 3 dents jusqu’au 27 ; du 28 Janvier, 2 dents jusqu’au 1 Février ; du 2 dudit, 1 dent jusqu’au 8 ; du 9, 0 jusqu’au 14 Février.
Soleil avance. Du 15 Février, 1 dent du côté avance, jusqu’au 21 ; du 22, 2 dents jusqu’au 1 Mars ; du 2, 3 dents jusqu’au 16 ; du 17, 4 dents jusqu’au 27 ; du 28, 3 dents jusqu’au 1 Avril ; du 2 dudit, 4 dents jusqu’au 8 ; du 9 Avril, 3 dents jusqu’au 22 ; du 23, 2 dents jusqu’au 29 ; du 30, 1 dent jusqu’au 11 Mai ; du 12, 0 jusqu’au 18.

Des pendules à heures & minutes du Soleil, lesquelles ne marquent point le tems moyen. De celle du pere Alexandre. La roue annuelle fait sa révolution en 365 jours 5 heures 48 minutes 58 secondes de secondes.

Je dois joindre ici les nombres des roues & pignons que le pere Alexandre a employés pour cette révolution annuelle astronomique. Les voici pour tout le roüage comme il l’a donné.

Rochet 30, pignon 88.
Roue moyenne 60.
Pignon 10.
Roue des minutes ou d’une heure 80.
La roue de douze heures 96.
Pignon 7.
Roue suivante 50.
Pignon 7.
Roue pénultieme 69.
Pignon 8.
Derniere roue, ou annuelle 83.

Cette révolution astronomique est fort exacte, & est sans contredit une des meilleures que l’on ait employées. Ceux qui voudront faire mouvoir différentes planetes, doivent consulter le pere Alexandre pour les calculs. M. Camus dans son Traité de méchanique statique, III. part. a donné les calculs de différens roüages ; il y a joint celui d’une révolution annuelle, qui ne differe de la révolution annuelle moyenne du Soleil, que d’une seconde 14 tierces. En voici les nombres : une roue de 12 heures porte un pignon 4, qui engrene dans une roue de 25 ; celle-ci porte un pignon 7, qui engrene dans une roue de 69 ; celle-ci porte un pignon 7, qui fait mouvoir la roue annuelle de 83, qui fait la révolution en 365 jours 5 heures 48 minutes 48 secondes 46 tierces : une révolution de la Lune termine ce qu’il a écrit du calcul des planetes.

La roue annuelle du pere Alexandre porte une ellipse sur lequel appuie un levier qui porte le pendule suspendu par un ressort qui passe bien juste dans une fente d’un coq, fait comme ceux des pendules à seconde ordinaires, le ressort peut monter & descendre dans cette fente ; c’est le coq qui donne le centre d’oscillation du pendule : ce coq est fixé sur la cage du mouvement. Pour produire les variations apparentes du Soleil, le pere Alexandre fait allonger & racourcir le pendule ; effet qui est produit par l’ellipse, dont les diametres sont donnés en raison de l’allongement ou racourcissement qu’exige le pendule pour faire avancer ou retarder de telle quantité en 24 heures ; il est entré la-dessus dans des détails fort étendus, qu’on peut voir dans son livre, page 147. Sa théorie a sans doute le mérite de la simplicité ; mais pour l’approuver, il ne faut pas faire attention aux inconvéniens que la pratique en-