Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 9.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nale suppose l’e muet. Voyez remarques sur la prononciation, par M. Hardouin, secrétaire perpétuel de la société littéraire d’Arras, pag. 41. « L’articulation, dit-il, frappe toujours le commencement & jamais la fin du son ; car il n’est pas possible de prononcer al ou il, sans faire entendre un e féminin après l ; & c’est sur cet e féminin, & non sur l’a ou sur l’i que tombe l’articulation désignée par l ; d’où il s’ensuit que ce mot tel, quoique censé monosyllabe, est réellement dissyllabe dans la prononciation. Il se prononce en effet comme telle, avec cette seule différence qu’on appuie un peu moins sur l’e feminin qui, sans être écrit, termine le premier de ces mots ». Je l’ai dit moi même ailleurs (art. H), « qu’il est de l’essence de toute articulation de précéder le son qu’elle modifie, parce que le son une fois échappé n’est plus en la disposition de celui qui parle, pour en recevoir quelque modification ».

Il me paroît donc assez vraissemblable que ce qui a trompé nos Grammairiens sur le point dont il s’agit, c’est l’inexactitude de notre ortographe usuelle, & que cette inexactitude est née de la difficulté que l’on trouva dans les commencemens à éviter dans l’écriture les équivoques d’expression. Je risquerai ici un essai de correction, moins pour en conseiller l’usage à personne, que pour indiquer comment on auroit pu s’y prendre d’abord, & pour mettre le plus de netteté qu’il est possible dans les idées ; car en fait d’ortographe, je sais comme le remarque très-sagement M. Hardouin (pag. 54), « qu’il y a encore moins d’inconvénient à laisser les choses dans l’état où elles sont, qu’à admettre des innovations considérables ».

1°. Dans tous les mots où l’articulation l est suivie d’une diphtongue où le son prépositif n’est pas un e muet, il ne s’agiroit que d’en marquer exactement le son prépositif i après les ll, & d’écrire par exemple, feuilliage, gentilliesse, semilliant, carillion, mervellieux, milliant, &c.

2°. Pour les mots où l’articulation l est suivie de la diphtongue finale ie, il n’est pas possible de suivre sans quelque modification, la correction que l’on vient d’indiquer ; car si l’on écrivoit pallie, abellie, vanillie, rouillie, ces terminaisons écrites pourroient se confondre avec celle des mots Athalie, Cornélie, Emilie, poulie. L’usage de la diérèze fera disparoître cette équivoque. On sait qu’elle indique la séparation de deux sons consécutifs, & qu’elle avertit qu’ils ne doivent point être réunis en diphtongue ; ainsi la diérèze sur l’e muet qui est à la suite d’un i détachera l’un de l’autre, fera saillir le son i ; si l’e muet final précédé d’un i est sans diérèze, c’est la diphtongue ie. On écriroit donc en effet pallie, abellie, vanillie, roullie, au lieu de pailie, abeille, vanille, rouille, parce qu’il y a diphtongue ; mais il faudroit écrire, Athalië, Cornélie, Emilië, poulië, parce qu’il n’y a pas de diphtongue.

3°. Quant aux mots terminés par une seule l mouillée, il n’est pas possible d’y introduire la peinture de la diphtongue muette qui y est supprimée ; la rime masculine, qui par-là deviendroit féminine, occasionneroit dans notre poésie un dérangement trop considérable, & la formation des pluriers des mots en ail deviendroit étrangement irréguliere. L’e muet se supprime aisément à la fin, parce que la nécessité de prononcer la consonne finale le ramene nécessairement ; mais on ne peut pas supprimer de même sans aucun signe la diphtongue ie, parce que rien ne force à l’énoncer : l’ortographe doit donc en indiquer la suppression. Or on indique par une apostrophe la suppression d’une voyelle ; une diphtongue vaut deux voyelles ; une double apostrophe, ou plutôt afin d’éviter la confusion, deux points posés


verticalement vers le haut de la lettre finale l pourroit donc devenir le signe analogique de la diphtongue supprimée ie, & l’on pourroit écrire bal:, vermel:, péril:, seul:, finoul:, au lieu de bail, vermeil, péril, seuil, fenouil.

Quoi qu’il en soit, il faut observer que bien des gens, au lieu de notre l mouillée, ne font entendre que la diphtongue ie ; ce qui est une preuve assurée que c’est cette diphtongue qui mouille alors l’articulation l : mais cette preuve est un vice réel dans la prononciation, contre lequel les parens & les instituteurs ne sont pas assez en garde.

Anciennement, lorsque le pronom général & indéfini on se plaçoit après le verbe, comme il arrive encore aujourd’hui, on inséroit entre deux la lettre l avec une apostrophe : « Celui jour portoit l’on les croix en processions en plusieurs lieux de France, & les appelloit l’on les croix noires ». Joinville.

Dans le passage des mots d’une langue à l’autre, ou même d’une dialecte de la même langue à une autre, ou dans les formations des dérivés ou des composés, les trois lettres l, r, n, sont commuables entre elles, parce que les articulations qu’elles représentent sont toutes trois produites par le mouvement de la pointe de la langue. Dans la production de n, la pointe de la langue s’appuie contre les dents supérieures, afin de forcer l’air à passer par le nez ; dans la production de l, la pointe de la langue s’éleve plus haut vers le palais ; dans la production de r, elle s’éleve dans ses trémoussemens brusqués, vers la même partie du palais. Voilà le fondement des permutations de ces lettres. Pulmo. de l’attique πλεύμων, au lieu du commun πνεύμων ; illiberalis, illecebræ, colligo, au lieu de inliberalis, inlecebræ, conligo ; pareillement lilium vient de λείριον, par le changement de ρ en l ; & au contraire varius vient de βαλιὸς, par le changement de λ en r.

L est chez les anciens une lettre numérale qui signifie cinquante, conformément à ce vers latin :

Quinquies L denos numero designat habendos.

La ligne horisontale au-dessus lui donne une valeur mille fois plus grande. L vaut 50000.

La monnoie fabriquée à Bayonne porte la lettre L.

On trouve souvent dans les auteurs LLS avec une expression numérique, c’est un signe abrégé qui signifie sextertius le petit sexterce, ou sextertium, le grand sexterce. Celui-ci valoit deux fois & une demi-fois le poids de metal que les Romains appelloient libra (balance), ou pondo, comme on le prétend communément, quoi qu’il y ait lieu de croire que c’étoit plutôt pondus, ou pondum, i (pesée) ; c’est pour cela qu’on le représentoit par LL, pour marquer les deux libra, & par S pour designer la moitié, semis. Cette libra, que nous traduisons livre, valoit cent deniers (denarius) ; & le denier valoit 10 as, ou 10 s. Le petit sexterce valoit le quart du denier, & conséquemment deux as & un demi-as ; ensorte que le sextertius étoit à l’as, comme le sextertium au pondus. C’est l’origine de la différence des genres : as sextertius, syncope de semistertius, & pondus sestertium, pour semistertium, parce que le troisieme as ou le troisieme pondus y est pris à moitié. Au reste quoique le même signe LLS désignât également le grand & le petit sesterce, il n’y avoit jamais d’équivoque ; les circonstances fixoient le choix entre deux sommes, dont l’une n’étoit que la millieme partie de l’autre. (B. E. R. M.)

L. Dans le Commerce, sert à plusieurs sortes d’abréviations pour la commodité des banquiers, négocians, teneurs de livres, &c. Ainsi L. ST. signifie livres sterlings L. DE G. ou L. G. signifie livre de gros. L majuscule batarde, se met pour livres tournois, qui se marque aussi par cette figure ₶ ; deux