Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


N’est-ce pas ici le beau séjour de ces vierges ?
Ce Bouvier ressemble aux enfants de Priam.

Il y a encore une chose qui diffère de la proposition, en ce qu’elle s’exprime d’une manière douteuse, comme si on demandait si vivre et ressentir de la douleur ne sont pas des choses jointes ensemble ? Car les interrogations, les questions et autres choses semblables ne sont ni vraies, ni fausses ; au lieu que les propositions sont, ou l’une, ou l’autre. Il y a des propositions simples et non simples, comme disent Chrysippe, Archédème, Athénodore, Antipater et Crinis. Les simples consistent dans une ou plus d’une proposition où il n’y a aucun doute, comme, il fait jour. Celles, qui ne sont pas simples, consistent dans une ou plus d’une proposition douteuse ; dans une proposition douteuse, comme, S’il fait jour ; dans plus d’une, comme, S’il fait jour, il fait clair. Dans la classe des propositions simples il faut ranger les énonciations, les négations, les choses qui emportent privation, les attributs, les attributs en tant qu’ils appartiennent à un sujet particulier, et ce qui est indéfini. Dans la classe des propositions non simples on doit placer celles qui sont conjointes, adjointes, compliquées, séparées, causales, celles qui expriment la principale partie d’une chose, et celles qui en expriment la moindre. On a un exemple d’une proposition énonciative dans ces paroles : Il ne fait