Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


viande ; comprenage, pour entente ; comprenouère, pour intelligence, et combien d’autres !

Noterons-nous qu’il existe bon nombre de mots archaïques qui ont disparu, ou presque, du français ? Non, car on le devine, les premiers colons du Canada les ont apportés de France, à une époque où il en existait encore des vestiges. On s’attend, en raison de la situation politique et de l’histoire, à rencontrer beaucoup d’anglicismes. Il y en a, en effet, et de fort reconnaissables, le texte les indique par une astérisque ; mais ils ont été à peine défigurés, ils ne sont pas fondus et gardent leur physionomie anglaise. L’auteur fait d’ailleurs observer avec raison que plusieurs d’entre eux ont eu une singulière odyssée. Ils étaient venus de France en Angleterre avec les Normands, de là ils furent importés en Amérique, puis prêtés par les Anglais d’outre-mer aux Canadiens ; on peut dire qu’ils ont fait retour, par exemple : bargain, marché ; bacon, lard. Mais tous ne sont pas dans ce cas. Il y a des mots bien saxons, ou ayant adopté un sens nouveau dans l’emploi anglais. On peut citer : aft, à l’arrière ; brain, le cerveau ; bar room, buvette ; average, la moyenne ; accomplissement, qualités ; apologie, excuse ; applicant, candidat ; appointement, rendez-vous ; appraiser, évaluer ; anticiper, prévoir ; bachelier, célibataire ; badloque, malechance ; acte, loi ; affecter, influencer, et beaucoup d’autres dont le glossaire donne une liste abondante, et dont le plus grand nombre a conservé la forme anglaise, notamment : beaver, castor ; bed, lit ; best, le meilleur ; better, parier ; black-hole (trou-noir), cachot ; brandy, cognac ; broker, courtier ; bun, brioche ; business, affaire ; cake, gâteau ; cash, argent comptant ; cheap, bon marché ; checker, enregistrer ; clairance, quittance ; clairer, débarrasser ; cleaner, nettoyer ; coat, habit.

Le point de vue phonétique offre à son tour ses particularités. Il faut remarquer la fréquence de la voyelle a,