Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Harmonisation — voir la page de discussion du livre

— Musard, négligent.
Amusouère, n. m.
Amusoire, moyen d’amuser.
Anales, n. f. pl.
Annales. Ex. Je suis abonné aux Anales de la Bonne Sainte-Anne.
Anbandon, n. m.
Abandon.
Anbandonner, v. a.
Abandonner.
Ancanter, v. a.
Appuyer, donner une position plus stable et plus confortable. Ex. Ne bouge pas, nous allons t’ancanter avec des oreillers.
Ancanter (s’), v. pron.
Se donner une position plus ou moins déclive dans un lit ou un fauteuil.
Anchet, n. m.
— Appât.
— Ver de terre.
Ancre (à l’), loc.
Ne rien faire. Ex. Pierre a perdu sa place, le voilà de nouveau à l’ancre.
Ancre de perle, n. m.
Nacre de perle. Ex. Un chapelet en ancre de perle a été perdu dans cette église. Prière de le remettre au bedeau.
Ancrer, v. n.
S’asseoir pour longtemps.
Andille, n. f.
Anguille.
Andouille, n. f.
— Individu mou, sans ossature. Ex. Va travailler, espèce d’andouille.
Dépendeux d’andouilles, v. Dépendeux.
Âne, n. m.
Faire l’âne pour avoir de l’avoine, feindre d’ignorer une chose pour se la faire redire.
Agir de bonne foi comme un âne qui pète, avec la meilleure foi du monde.
Ange, n. m.
Papillon de nuit.
Ange cornu, n. m.
Individu, qui sous des apparences angéliques, mérite la défiance.