Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Assermentation, n. f.


— Prestation du serment.


— Action d’assermenter quelqu’un.


Assermenter, v. a.


Attester par serment. Ex. Son témoignage a-t-il été assermenté ?


Assesseur, n. m. — Estimateur officiel.


Asseyer, v. a. — Essayer.


Assez, adv.


— Tellement. Ex. Ai-je été assez bonasse que je l’ai cru

sur parole ?


— Assez bon. Ex. Michel est assez poète.


Assinabe, n. f.


Grosse pierre employée par les sauvages pour retenir au fond de l’eau un filet, une seine.


Assination, n. f.


Assignation. Ex. Nous allons jouer aux cartes, mais pas d'assination, s’il vous plaît.


Assiner, v. n.


Tricher au moyen de signes. Ex. Nous allons jouer au quatre-sept, mais il est défendu d'assiner.


Assir, v. a. — Asseoir. Ex. Tais-toi ou je vais t’assir.


Assir (s’). v. p.


S’asseoir. Ce mot est fort en vogue. Ronsard a dit : « Assi'sons-nous sur cette molle couche. »


Assistance, n. f.


Présence. Ex. Je suis allé à la conférence du juge Routhier, l’assistance de mille personnes rendues pour l’écouter, lui fait honneur.


Assistant, n. m.


— Adjoint. Ex. Je vais de ce pas chez l'assistant-commissaire des terres.


Assistant-bibliothécaire, sous-bibliothécaire.


Assister (s’) v. pr. — S’asseoir. Ex. Assistez-vous, monsieur.


Associé, n. m. — Compagnon, ami.


Associer avec, v. a.


S’associer avec.