Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Bagou, n. m.

Verbiage, bavardage effronté. Ce mot n’est pas reconnu par l’Académie.

Bagoulard, n. m.

Bavard, un homme qui parle beaucoup pour ne dire que des sornettes. Ne se trouve pas dans le Dict. de l’Acad.

Bagouler, v. n.

Bavarder, parler à tort et à travers.

  • Bague d’engagement, n. f. — Anneau de fiançailles.

Baguette, n. f. et int.

— Interjection d’usage fréquent. Ex. Baguette ! que c’est beau !

— Jalon, (terme d’arpentage).

Baguetter, v. a.

Poser des baguettes. Oudin et Cotgrave donnent à baguetter le sens de frapper avec une baguette.

Baguettes de tambour, n. f. pl. — Jambes frêles.

Baille, n. f.

Petite cuve employée dans l’industrie du sucrier ou fabricant de sucre d’érable.

Bailler, v. a.

Donner. Ex. Baille-moi cette morue. Expression plutôt acadienne.

Bâille, n. m.

Bâillement. Ex. J’étais présent quand il est mort, j’ai vu son dernier bâille.

Bâiller, v. n.

Bayer. Ex. Il est là qui bâille aux corneilles.

Bâillette, n. f.

Bâillement. Ex. Tu t’endors, mon enfant, tu commences à faire des petites bâillettes.

Bailli, n. m.

Huissier. Ce mot était en vogue autrefois, et l’on prononçait bâilli.

Bain, n. m.

Baignoire. Ex. Va donc chercher le bain pour le nettoyer.

Baisage, n. m. — Action de se faire duper, tromper en affaires.