Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— Marcher en se dandinant.

Baraudeux, euse, n. — Baraudeur, euse, qui aime à flâner.

Barbe de Capucin, n. f.

Nigelle de Damas, appelée aussi Cheveux de Venus. Plante d’ornement.

Barbeau, n. m.

— Larve d’œstrides. Ex. Mon cheval est malade, il a des barbeaux.

— Barbeau de cuisine, le kokerlac, appelé caffard en France.

— Tache d’encre, pâté.

— Poisson dont se sert le pêcheur de morue.

Barbeau-volant, n. m

Hanneton.

Barbis, n. f.

Brebis. Ex. C’est la barbis du Bon-Dieu que celui-là.

Barbotte, n. f.

— Poisson, genre des silures, qui ne diffère de la barbue que par sa queue qui est carrée au lieu d’être fourchue.

— Tasse de lait dans laquelle on a mis tremper du pain.

Barbouiller, v. a.

Donner des nausées. Ex. Ce fricot me barbouille le cœur, chaque fois que j’en mange.

Barbouiller (se), v. pr.

Se gâter. Ex. Le temps se barbouille, nous aurons de la pluie bientôt.

Barbue, n. f.

Poisson de nos rivières, de la famille des Siluroïdes. Les savants l’appellent l’ctalarus nigricans.

Bardasser, v. n. — V. Berdasser.

Bardasserie, n. f. — V. Berdasserie.

Bardasseux, n. et adj. — V. Berdasseux.

Bardassier, n. et adj. — V. Berdassier.

Bardatter, v. a.

— Couvrir de bardeaux.

— Poser des bardeaux, (B. P. F.)

Bardeau, n. m.

— Casse de fonte, casseau ; réserve dans laquell