Page:Dostoïevski - L’Idiot, tome 2.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Rogojine, comme on le lui avait conseillé. S’étant assis sur le divan, il s’accouda contre la table et s’absorba dans ses réflexions.

Combien de temps elles durèrent, quel en fut l’objet — Dieu le sait. Le prince avait plusieurs craintes, et c’était pour lui une souffrance extrême de sentir qu’il craignait. Tour à tour il pensa à Viéra et à Lébédeff : l’employé savait peut-être quelque chose au sujet de cette affaire ; en tout cas, s’il ne savait rien, il était plus en mesure que lui de se renseigner. Puis le prince songea à Hippolyte et se rappela que ce dernier avait reçu la visite de Rogojine. Ensuite l’idée de Rogojine lui-même occupa l’esprit de notre héros : on l’avait vu dernièrement aux obsèques du général Ivolguine ; — le prince l’avait rencontré dans le parc ; — il était venu ici, dans le corridor, s’était caché dans un coin et, armé d’un couteau, avait attendu le prince. Celui-ci se rappela de quel éclat brillaient alors dans l’obscurité les yeux de Rogojine. Il frissonna ; l’idée embryonnaire, qui l’obsédait tantôt, venait maintenant de se préciser tout à coup.

Voici à peu près la forme qu’elle avait prise : « Si Rogojine est à Pétersbourg, se disait le prince, il peut bien se cacher momentanément ; mais, en fin de compte, bien ou mal disposé, il ne manquera pas de venir à moi ; fût-ce comme l’autre fois, il viendra. Si, pour une raison quelconque, Rogojine a besoin de me voir, il reviendra naturellement ici, dans ce corridor. Il ne sait pas mon adresse, par conséquent il peut très-bien supposer que je suis descendu à mon ancien hôtel ; du moins, il essayera de me trouver ici… s’il a grand besoin de moi. Et, qui sait ? peut-être lui suis-je très-nécessaire ? »

Ainsi pensait le prince et cette idée lui paraissait tout à fait admissible. Il n’aurait pas su en donner la raison, s’il s’était mis à l’approfondir. Pourquoi, par exemple, se figurait-il qu’il était devenu tout d’un coup si nécessaire à Rogojine, et qu’un rapprochement ne pouvait pas ne pas s’effectuer entre eux ? Il lui aurait été impossible de le dire. Mais