Page:Doyle - La Vallée de la peur.djvu/150

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Baldwin dans un blasphème. Vous en êtes déjà au petit nom ?

— Ted, je vous en prie, soyez raisonnable. Pour l’amour de moi, si jamais vous m’avez aimée, soyez généreux, pardonnez !

— Je crois, Ettie, dit tranquillement Mac Murdo, que vous devriez nous laisser vider tout seuls cette affaire. À moins, monsieur Baldwin, que vous ne préfériez faire un tour dans la rue avec moi. Vous avez raison : il fait une très belle soirée, et derrière le prochain pâté de maisons il y a un terrain libre.

— Je réglerai ce compte avec vous sans me salir les mains, répondit Baldwin. Il vous en cuira d’être entré dans cette maison. Et vous le regretterez avant peu.

— Nous ne trouverons pas d’occasion plus favorable.

— Je choisirai la mienne. Vous pouvez compter sur moi. Voyez plutôt. »

Retroussant tout d’un coup sa manche, Baldwin montra sur son avant-bras un signe qui semblait y avoir été marqué au fer rouge.

C’était un cercle enfermant un triangle.

« Savez-vous ce que cela signifie ?

— Je l’ignore, et je m’en moque.

— Vous le saurez tout de même, et bientôt, je vous le promets. Car vous ne ferez pas de vieux os. Miss Ettie pourrait, là-dessus, avoir des choses à vous dire. Quant à vous, Ettie, vous me reviendrez sur les genoux. Et vous connaîtrez ma sentence. Vous