Page:Drumont - La France juive, tome second, 3eme édition, 1886.djvu/473

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Kelala, l’Eucharistie un sacrifice impur Zabut temi[1].

Vous connaissez tous l’histoire scandaleuse que les Dreyfus et les Lockroy racontent de temps en temps à propos de l’apparition de la Vierge Immaculée à Bernadette dans la grotte de Lourdes, apparition attestée par d’innombrables miracles, confirmée par l’Eglise, après une minutieuse enquête qui a duré de longues années. Selon eux il s’agirait d’une femme de Lourdes, qu’ils ont d’abord désignée à mots couverts mais qu’ils nomment clairement maintenant que ce gnome hideux de Goblet a osé injurier à la tribune du Sénat Celle qui a si longtemps protégé la France. Surprise avec un capitaine de cuirassiers par une jeune paysanne, elle aurait trompé l’enfant en lui disant qu’elle était la Vierge. C’est abject sans doute, mais ce n’est pas nouveau. Les malheureux qui déshonorent ce journalisme, qui a compté des hommes comme Carrel, Chateaubriand, Genoude, Veuillot, Marrast ont simplement pillé le Talmud. Pour le Juif, en effet, la Vierge sainte est l’objet d’autant d’horreur que son divin Fils ; ils l’appellent une coiffeuse et une accoupleuse de femmes, et prétendent qu’elle aurait commis un adultère avec un soldat du nom de Pandara.

Dans Yeschuot, traité Sanhédrin, chapitre Arba Milot, il est dit :

  1. En dehors du Talmud, de nombreux ouvrages juifs versent l’outrage sur le Christ et son Eglise. L’histoire de Notre Seigneur Jésus-Christ a été écrite en hébreu talmudique, sous ce titre : Tholedot-Ieschau, Histoire de Jésus-Christ. Ne pouvant nier les miracles du Sauveur, l’auteur les attribue à des opérations magiques et à la vertu du nom ineffable qu’il aurait eu l’adresse de dérober dans le Saint des Saints.
        « Ce livre, dit M. Drasch dans sa Lettre d’un rabbin converti, n’existe parmis les Juifs qu’en manuscrit . »