Page:Du Camp - Paris, tome 5.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il faudrait être du métier pour comprendre et pour expliquer ce qu’un tel labeur représente de conception hardie, de difficultés vaincues, d’intelligence et de science acquise. Le travail a été très-rondement conduit : il n’a fallu que deux années pour en voir la fin ; l’état du règlement de compte prouve qu’il a coûté 3 700 000 francs ; c’est peu de chose en présence du résultat obtenu. L’homme qui a imaginé, dirigé, fait exécuter un tel projet, peut être en repos sur sa mémoire et dire comme Horace : Non omnis moriar. Cependant cela ne suffît pas à M. Belgrand ; il estime qu’il peut se surpasser lui-même, car le réservoir qu’il prépare en ce moment à Montrouge, sur les hauteurs de Montsouris, pour recevoir les eaux de la Vanne, aura trois hectares : un de plus qu’à Ménilmontant.

iv. — les fontaines.

Seize réservoirs à Paris. — 1 741 kilomètres. — Atlas administratif de 1821 ; plan général de 1867. — Comparaison. — En cas d’incendie. — L’eau publique et l’eau privée. — Progrès accomplis. — Fontaines monumentales. — Œuvres du hasard. — Gerbe du Palais-Royal. — L’éléphant. — Fontaines banales. — Robinet à repoussoir. — Bornes-fontaines. — Bouches d’arrosage. — Service à rendre à la population indigente. — Bouches d’arrosement : à la lance, au tonneau. — Stations de voitures. — Fontaines Wallace. — Gobelets volés. — Conditions à imposer aux constructeurs de maisons. — La Compagnie générale des eaux. — Transaction. — Progression des abonnements particuliers. — Porteurs d’eau. — Ce qu’il en reste. — Remise des tonneaux. — Fontaines marchandes. — Le filtre. — 400 pour 100 de bénéfices. — Fontaines à la sangle. — Le revenu hydraulique. — Les puits particuliers. — Souvenirs des puits publics. — La bonne mesure. — Moyenne de la consommation. — L’eau à Rome sous Nerva. — Un désir de Napoléon Ier.


Parler des autres réservoirs de Paris après celui-là serait puéril ; qu’il suffise de dire que nous avons seize grands « épanouissements » où l’eau est centralisée, où elle fait étape avant de prendre une route défini-