Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plusieurs flanquées de petits pavillons carrés. Nous rencontrâmes en chemin un grand nombre de courriers ayant suspendue à leur dos une petite boîte enveloppée d’étoffe jaune, qui est la couleur de l’empereur. Ils portaient sans doute dans divers quartiers de l’empire la nouvelle de la mort de l’impératrice mère.

Nous fîmes le soir quatre à cinq lieues, et après avoir passé près de Hien hien, ville d’environ une lieue de tour dont les murailles, ainsi que les maisons, sont de carreaux posés en forme de briques, nous allâmes coucher à Kie kia lin.

La journée du 3 fut de onze lieues ; après avoir marché environ deux heures, nous passâmes proche des murailles de la ville de Ho kien fou, qui peut avoir deux lieues de circuit ; elle est de figure carrée, ses murailles et leurs parapets sont de brique et très bien entretenues. On y voit de petites tours carrées de distance en distance, et de petits bastions également carrés aux quatre coins, dont les faces n’ont que sept ou huit toises de long.

Nous allâmes coucher dans une autre ville nommée Gin kieou hien. La campagne que nous traversâmes ce jour là, est toute semblable à celle des jours précédents, unie de même et également bien cultivée. Les bourgs et les villages y sont fort fréquents : il y en a de fort longs, qui ont à leur entrée et à leur issue des portes, qui ne sont point différentes des portes de villes, avec des pagodes au-dessus.

Nous avons trouvé en divers endroits des tables de marbre avec des inscriptions posées à plomb sur le dos d’une grande tortue de marbre. Depuis Ning po nous n’avons vu ni bois ni forêts ; toutes les campagnes étaient bien cultivées, à la réserve des terres inondées, et de quelques montagnes stériles.

Le 4 nous partîmes de Gin kieou hien. C’est une ville de figure carrée oblongue, elle me parut avoir 1.400 pas de circuit. Ses murailles et les parapets sont de brique avec des tours à certaines distances, et ont plus de trente pieds de hauteur : les maisons de même que celles des villages, sont pareillement de brique : les toits en sont assez propres.

A cinq lieues de cette ville, nous passâmes par une grosse bourgade qui est d’un grand commerce, et au milieu de laquelle il y a un arc de triomphe semblable aux deux que nous avions vu la veille à Gin kieou hien. aussitôt après cette grande bourgade commence une levée, et à une lieue de là on trouve des marécages à traverser, que la levée coupe durant 500 pas. Après ces marécages paraît un gros village, où il y a trois ponts de bois sur autant de canaux.

Deux lieues au-delà nous passâmes au milieu de la ville de Hiong hien dont le faubourg du sud-est est traversé par un canal. La rue par où nous passâmes était ornée de quatre arcs de triomphe. Les piliers portent sur des bases de marbre blanc hautes de trois pieds, composées de quatre pierres liées avec des cercles de fer, et traversées de chevilles