Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TCHU TCHEOU FOU. Onzième ville.


Tout ce pays est environné de vastes montagnes : les vallées sont abondantes, et le riz y est à très bon compte, par la difficulté qu’il y a de le transporter ailleurs. La ville est située sur le bord d’une belle rivière qui est navigable jusqu’à la mer. Les montagnes sont couvertes de beaux arbres, et entr’autres de pins d’une grosseur extraordinaire. Il y en a, à ce qu’on assure, qui contiendraient plus de trente hommes dans la cavité de leur tronc. On s’en sert pour la construction des maisons et des vaisseaux chinois.

Les ruisseaux sont bordés de forêts entières de roseaux ou de cannes, que les Européens ont nommé bambous ; il y en a de la hauteur de plus de trente pieds ; les plus petits n’ont pas moins de dix pieds. Si l’on brûle ces cannes encore vertes et nouvellement coupées, il en sort une eau que les médecins regardent comme très salutaire, et qu’ils font boire à ceux qui ont le sang caillé par quelque coup ou par quelque chute : ils prétendent que cette eau a la vertu de chasser ce mauvais sang du corps. Dix villes du troisième ordre sont de la dépendance de Tchu tcheou.


SIXIÈME PROVINCE
DE L'EMPIRE DE LA CHINE

HOU QUANG


Cette grande province est placée au milieu de l’empire entre les provinces de Ho nan, de Kiang nan, de Kiang si, de Quang tong, de Quang si, de Koei tcheou, de Se tchuen, et de Chen si. Le grand fleuve Yang tse kiang la traverse d’occident en orient, et la divise en deux parties, l’une septentrionale, et l’autre méridionale.

La partie septentrionale contient huit fou ou villes du premier ordre et soixante villes, tant du second que du troisième ordre. La partie méridionale comprend sept fou ou villes du premier ordre, et cinquante-quatre autres villes, tant du second, que du troisième ordre, sans compter les bourgs, les villages et les villes de guerre.

La plus grande partie de cette province est un pays plat, qui consiste en des rases campagnes arrosées de toutes parts de ruisseaux, de lacs, et de rivières. On y pêche une infinité de toutes sortes d’excellents poissons et l’on prend grand nombre d’oiseaux sauvages sur ses lacs.