Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TCHANG TE FOU. Cinquième ville.


C’est une grosse ville bâtie sur les bords de la rivière Yuen kiang et à très peu de distance du grand lac Tong ting, où elle va se décharger. Son territoire n’est pas fort étendu, puisqu’elle n’a que quatre villes du troisième ordre dans son ressort ; mais le pays est le plus fertile de la province ; et sa rivière, qui est presque partout navigable, y fait fleurir le commerce. Tout y croît en abondance.

Ce qu’on y voit de singulier, c’est une espèce particulière d’orangers, qui ne portent de fruit, que quand la saison des autres est passée, ce qui les fait appeler par les Chinois, orangers d’hiver. Les oranges qu’ils produisent sont d’un goût délicieux.

Ses montagnes sont remplies de bêtes fauves : il y croît des cèdres, dont le fruit n’est pas bon à manger : mais on le suspend dans les chambres, et il y exhale une douce odeur qui les parfume. On y trouve aussi quantité d’azur, et on y recueille de la manne.


TCHING TCHEOU FOU. Sixième ville.


Cette ville est située dans l’angle de deux rivières ; le pays est arrosé d’une infinité de ruisseaux, qui rendent ses vallées fertiles et abondantes. Ses montagnes, qui sont en grand nombre, fournissent quantité de vif argent, de pierres d’azur, et de pierres vertes propres pour la peinture : il y a aussi des mines d’or et d’argent.

Les peuples qui habitent ces montagnes, n’ont pas la politesse du commun des Chinois ; ils sont d’un caractère dur et sauvage, ce qui les fait regarder comme des barbares. La juridiction de cette ville en comprend dix autres, dont une est du second ordre, et neuf du troisième.


TONG TCHEOU FOU. Septième ville.


C’est la ville la plus méridionale de la province ; elle est bâtie au milieu des montagnes, que leur verdure rend fort agréables à la vue, et sur les bords d’une rivière qui se joint fort près de là à la rivière de Siang kiang. L’eau de cette rivière est si claire et si nette que dans les endroits même où elle est la plus profonde, on peut compter les cailloux et les plus petites pierres qui sont au fond.

Il croît quantité de bambous dans quelques endroits de ce territoire, et dans d’autres des lien hoa dont les fleurs sont jaunes. Il est rare d’en trouver ailleurs de cette couleur. Elle compte dans son ressort huit villes qui en dépendent, dont une est du second ordre, et les sept autres sont du troisième.

Outre ces villes principales, il y en a encore deux du second ordre, qui