Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PARTIE OCCIDENTALE
DE LA MÊME PROVINCE Y SI.


PING LEANG FOU.Cinquième ville.


C’est sur un bras de la rivière Kin ho que cette ville est située ; tout s’y trouve en abondance : le climat est très doux, la vue des montagnes, dont elle est environnée, n’a rien que d’agréable et les eaux, dont le pays est arrosé, en rendent le séjour charmant. Elle a sous sa juridiction trois villes du second ordre, et sept du troisième.


KONG TCHANG FOU. Sixième ville.


C’est une ville marchande et fort peuplée, qui est bâtie sur les bords de la rivière de Hoei. Les montagnes presque inaccessibles dont elle est environnée, la rendaient autrefois une place importante à la sûreté de l’empire, lorsqu’on avait à craindre l’invasion des Tartares. On y voit un sépulcre, que les Chinois prétendent être celui de Fo hi : s’ils disent vrai, ce doit être le plus ancien monument qui soit dans le monde.

On y trouve quantité de musc ; on tire de presque toutes ses montagnes le minéral hiung hoang qui est, comme je l’ai dit, une espèce d’orpiment, dont on fait usage dans la médecine quand il est bien transparent, et qu’on emploie contre les morsures des insectes venimeux, et dans les maladies malignes et épidémiques, ou pour s’en guérir, ou pour s’en préserver. On y trouve de ces pierres bleues tirant sur le noir, et marquetées de petites veines blanches, qu’on réduit en une poudre très subtile et qui, à ce que disent les Chinois, est propre à conserver la santé. Cette ville a dans son ressort trois villes du second ordre, et sept autres du troisième.


LING TAO FOU. Septième ville.


Cette ville est sur les bords d’une rivière qui se jette dans le Hoang ho ou fleuve Jaune. La quantité d’or qu’on ramasse dans le sable des rivières et des torrents du voisinage, la rendent célèbre. Le pays est plein de montagnes, où se trouvent grand nombre de bœufs sauvages, et de certains animaux semblables aux tigres, dont les peaux sont fort recherchées, et dont on fait des habits d’hiver.

Les vallées sont couvertes de blé, et celles qui sont voisines des rivières, sont remplies de bestiaux, et surtout de bêtes à laine qui ont la queue fort longue, et dont la chair est très délicate. Enfin tout le territoire qui dépend de cette ville, est assez abondant ; il consiste en deux villes du second ordre, et trois du troisième.