Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/389

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


4° Toutes les parties de l’ancienne histoire chinoise, ont été écrites par des auteurs contemporains des empereurs, dont ils nous ont laissé les vies.

5° Confucius dont l’autorité doit être d’un très grand poids, à cause de sa probité et de son rare mérite, n’a jamais révoqué en doute cette chronologie, au contraire il l’a toujours supposé très véritable.

6° Mencius le plus célèbre des philosophes chinois après Confucius, et qui vivait environ 400 ans avant l’ère chrétienne, assure que depuis Chun associé par Yao à l’empire, jusqu’à l’empereur Ven vang, il s’est écoulé plus de mille ans. Cette autorité de Mencius est irréfragable parmi les Chinois. Or depuis Ven vang jusqu’à Jésus-Christ, il y a onze cent et quelques années, comme il paraît par l’histoire, dont la certitude se fortifie à mesure qu’elle avance, et qu’elle s’approche de nos temps.

7° Suivant cette chronologie, la vie des premiers empereurs de la Chine est très conforme pour la durée, à celle que l’Écriture sainte donne aux hommes de ce temps-là. Il est vrai que cette chronologie paraît trop longue à des savants d’Europe, qui ont intérêt de la rendre plus courte ; mais comment abréger des temps qui gênent et ébranlent leur système sans en avoir des raisons plausibles ? Et quelle raison pourrait-on apporter, qui contentât les Chinois, de retrancher un endroit, plutôt qu’un autre, d’une histoire toujours suivie, et qui ne se dément en rien, depuis le commencement jusqu’à la fin ?

D’ailleurs si elle a de la peine, ce semble, à s’accorder avec la Vulgate, elle s’accorde aisément avec les Septante, dont la version autorisée dans l’église durant plus de six siècles, fut approuvée dans le cinquième concile, de même que la Vulgate a été approuvée dans le concile de Trente : et il est certain que ni dans l’une, ni dans l’autre de ces assemblées célèbres, on n’a nullement prétendu confirmer ces chronologies ; encore assez récemment de savants auteurs se sont attachés à celle des Septante, et ont su la concilier avec la Vulgate, par rapport aux années qui se sont écoulées depuis le Déluge jusqu’à Jésus-Christ.

On voit que les points de chronologie les plus certains, ou qui devraient l’être, sont contestés tous les jours par les plus habiles gens. Cette différence d’opinions, et la liberté qu’on laisse jusqu’à un certain point, de dire ce qu’il plaît, a jeté quelques