Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Yen. Il est dans la province de Pe tche li, et Peking qui est maintenant la capitale de l’empire, était une des villes de cette petite souveraineté.

Sa mort arrivée le sixième du cycle, l’empêcha de terminer cette guerre, et elle fut continuée par son fils et son successeur, nommé Ti yé.


TI YÉ. Vingt-septième empereur.
A régné trente-sept ans.


Cet empereur continua la guerre que son père avait commencée contre le prince d’Yen ; il confia le commandement de ses troupes à un grand capitaine nommé Ki lié, qui défit entièrement l’armée de ce petit souverain, et qui l’ayant chassé de ses États, le réduisit à mener une vie privée.

Cette conquête fit tant de plaisir à l’empereur, que sur-le-champ il gratifia son général de cette principauté, et la rendit héréditaire dans sa famille. Ki lié la gouverna pendant sept ans. et à sa mort elle devint l’héritage de son fils Ven vang, qui jeta dans la suite les fondements de la troisième dynastie.

Ti yé avait trois enfants, deux d’une femme du second ordre, qui naquirent avant que leur mère eût le titre de reine, et le troisième de l’impératrice : celui-ci était l’héritier légitime de l’empire ; cependant sa jeunesse, et le peu d’opinion que son père avait de ses talents, le portèrent à lui préférer l’aîné des deux enfants qu’il avait de cette femme du second ordre. Il fit même entrer dans ses vues l’impératrice, qui par complaisance y donna les mains.

Mais les ministres s’y opposèrent, et déclarèrent que c’était agir contre les lois de l’empire, et qu’ils ne reconnaîtraient point d’autre souverain que le fils de l’impératrice, nommé Tcheou. Ils eurent lieu de s’en repentir dans la suite : car ce Tcheou fut un cruel tyran, au lieu que celui qu’avait choisi l’empereur, avait toutes les qualités propres d’un souverain.

Ti yé mourut la quarante-troisième année du cycle, et Tcheou son troisième fils lui succéda.


TCHEOU. Vingt-huitième empereur.
A régné trente-trois ans.


L’orgueil, la fierté, le luxe, la débauche, la tyrannie, et la cruauté montèrent sur le trône avec ce prince. Il épousa une femme nommée Ta kia, la plus belle qui fût dans l’empire,