Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/511

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VOU TI. Second empereur.
A régné onze ans.


Il commença son règne par une ordonnance qu’il publia, par laquelle il défendait de continuer les mandarins dans leurs charges au-delà de trois ans ; il renouvela pareillement une loi ancienne, laquelle ne permet pas aux familles qui portent le même nom, de s’allier ensemble par des mariages.


Cycle XLVIII. Année de J. C. 484.

On vit paraître en ce temps-là un prétendu philosophe nommé Fan tchin, qui débitait des maximes détestables, et dont on n’avait point encore entendu parler. Il enseignait que tout ce qui arrive dans le monde, était l’effet du pur hasard ; qu’après cette vie le sort de l’homme était semblable à celui des bêtes, et que l’âme mourait avec le corps. Il y eut aussitôt d’habiles lettrés qui s’élevèrent contre cette doctrine impie, et qui la réfutèrent dans de savants ouvrages.

Siao yuen, qui s’était rendu célèbre par ses vertus politiques militaires, fut élevé à la dignité de colao. On le verra bientôt marcher sur les traces de son prédécesseur dans la même charge, et répandre le sang de ses maîtres pour usurper leur couronne.

Vou ti mourut âgé de quarante-cinq ans, la dixième année du cycle ; il fut remplacé par Ming ti, frère du fondateur de cette dynastie.


MING TI. Troisième empereur.
A régné cinq ans.


Kao ti, fondateur de la dynastie, avait cru ne rien faire de mieux, que de confier à son frère Ming ti le soin et l’éducation de deux de ses enfants qui étaient en bas âge. Ming ti les ayant placés successivement sur le trône, les fit mourir l’un après l’autre dans le court espace de quatre mois, et s’empara de la couronne.

Les provinces septentrionales jouissaient d’une paix profonde. L’empereur de ces contrées avait tant de goût et d’inclination pour l’étude, que soit qu’il fût à cheval, soit qu’il se fît porter en chaise, il avait toujours un livre à la main.

Ming ti mourut la quinzième année du cycle âgé de quarante ans, et laissa la couronne à son troisième fils nommé Hoen heou.