Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/545

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DIX-HUITIÈME DYNASTIE
NOMMÉE HEOU TCHEOU,


Qui compte trois empereurs dans l’espace de neuf ans.


TAI TSOU. Premier empereur.
A régné trois ans.


Le nouvel empereur fixa sa cour dans la capitale de la province de Ho nan. Il voulut visiter lui-même le tombeau de Confucius, et pour honorer sa mémoire, lui donner le titre de roi.

Quelques-uns de ses courtisans lui représentèrent, que cet honneur ne convenait point à un homme, qui avait été toute sa vie sujet, non seulement de l’empereur, mais encore d’un petit roi. « Vous vous trompez, répondit l’empereur, on ne saurait trop honorer un homme qui a été le maître des rois et des empereurs. »

Il y en a qui croient que c’est vers ce temps-ci que les mahométans s’établirent à la Chine. Mais d’autres auteurs les y font entrer beaucoup plus tôt, et prétendent que ce fut sous la treizième dynastie de Tang qu’ils y fixèrent leur demeure.

Tai tsou mourut âgé de cinquante-trois ans, la cinquantième année du cycle, sans laisser de postérité. Chi tsong, qu’il avait adopté pour son fils, fut son successeur.


CHI TSONG. Second empereur.
A régné six ans.


L’amour des sciences, et les preuves que Chi tsong avait données de sa bravoure et de son habileté dans l’art militaire, l’élevèrent comme par autant de degrés jusqu’au trône. Mais au comble de la grandeur, il conserva toujours un caractère modeste : jusque-là qu’il fit mettre dans son palais une charrue, et un métier de tisserand, pour ne point perdre le souvenir de la condition et des pénibles travaux de ses ancêtres.

Dans un temps de disette, il fit ouvrir les greniers publics, et ordonna qu’on vendît le riz à très vil prix, que chacun paierait dans la suite lorsqu’il le pourrait. Les intendants des vivres lui représentèrent que les pauvres ne seraient jamais en état de