Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/562

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que tant d’infractions des traités les plus solennels avaient irrité, et qui comptait davantage sur la bonne foi des occidentaux, rejeta hautement ces conditions.

Ning tsong mourut sans postérité la vingt-unième année du cycle à l’âge de cinquante-sept ans. Il eut pour successeur Li tsong qui descendait du fondateur de cette dynastie.


LI TSONG. Quatorzième empereur.
A régné quarante ans.


Un prince belliqueux eût été nécessaire dans les conjonctures où se trouvait l’empire : mais le nouvel empereur n’avait de passion que pour les sciences, et était d’ailleurs très attaché aux rêveries de la secte de Tao. Dès la seconde année de son règne, il donna à perpétuité le titre de duc à l’aîné de la famille de Confucius. Il n’y a que cette famille à la Chine qui soit exempte de payer le tribut.

Cependant on poussait vivement la guerre contre les Tartares orientaux. Ils étaient pressés d’un côté par les troupes chinoises, et de l’autre par les troupes des Tartares occidentaux que commandait un habile général nommé Pe yen. Ils furent toujours vaincus dans plusieurs combats qui se donnèrent.

La ville de Ho nan où le roi des orientaux tenait sa cour, fut prise ; on assiégea la capitale de la province de Chan tong. Le siège fut long, car les assiégés se défendirent avec tant d’opiniâtreté, que n’ayant plus de vivres, ils en vinrent jusqu’à se nourrir de chair humaine. Enfin Ngai ti, c’est ainsi que s’appelait ce prince tartare, se voyant perdu sans ressource, s’étrangla de désespoir, et sa mort mit fin à l’empire des Tartares orientaux qui avaient eu neuf princes dans l’espace de cent dix-sept ans.

C’est cependant des restes de ces Tartares presque entièrement détruits, que sortira la famille qui s’est mis en possession de l’empire de la Chine, et qui le gouverne encore aujourd’hui avec tant de gloire, comme on le verra dans la suite.

Tandis que Li tsong n’avait plus sous sa domination que les provinces méridionales de la Chine, les Tartares occidentaux possédaient l’empire du nord. Ho pie lie, qui était leur roi et qui s’était rendu habile dans les sciences chinoises, s’attacha ses nouveaux sujets par l’estime qu’il fit des gens de lettres, et par les honneurs qu’il rendit à la mémoire de Confucius, que les savants de la Chine révèrent comme leur maître.


Cycle LXI, année de J.C. 1264.

Li tsong mourut la première année de ce cycle à l’âge de