Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/565

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se fit jour au travers des ennemis, et échappa à leur fureur avec quelques-uns de ses vaisseaux ; il s’efforça d’aborder à quelque rivage ; mais il fut repoussé bien loin par un vent terrible qui soufflait du côté de la terre, et une affreuse tempête qui s’éleva en même temps, le submergea tout à coup, lui, et ceux de sa suite.

On assure que dans cette journée plus de cent mille Chinois périrent, soit par le fer, soit dans les eaux, où la plupart se jetèrent de désespoir.

Ainsi finit la dynastie Song, et avec elle la domination chinoise. Chi tsou, qui s’appelait auparavant Ho pi lié, quatrième fils de Tai tsou, qui avait fondé l’empire des Tartares occidentaux, se mit en possession de sa nouvelle conquête, et fut le premier empereur de cette nouvelle dynastie.




VINGTIÈME DYNASTIE
NOMMÉE YUEN,


Qui compte neuf empereurs dans l’espace de quatre-vingt-neuf ans.


CHI TSOU. Premier empereur.
A régné quinze ans.


La nation chinoise, qui avait été gouvernée depuis tant de siècles par ses princes naturels, se vit pour la première fois soumise à la puissance d’un étranger, si cependant l’on doit donner ce nom à un prince, qui réellement par les manières était devenu plus chinois que tartare.

A son avènement à la couronne, il ne se fit aucun changement : il employa les mêmes ministres ; il conserva les mêmes lois et les mêmes usages ; il se conforma tellement au génie de ses nouveaux sujets, et sut si bien les gagner par la bonne foi qui régnait dans toute sa conduite, par son équité, par la protection qu’il donna aux lettres, et par sa tendre affection pour les peuples, qu’encore aujourd’hui, lorsqu’on parle de la manière dont cette famille tartare administra l’État, on l’appelle le sage gouvernement.

Il établit d’abord sa cour à Tai yuen fou, capitale de la province de Chan si, et ensuite il la transporta à Peking. C’est cette ville que Marc-Paul Vénitien appelle Cam balu au lieu de Ham palu ; car chez les Tartares Ham signifie roi, et palu signifie