Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/567

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ayant appris que les barques qui apportaient le tribut des provinces méridionales à la cour, ou qui servaient au commerce de l’empire, ne pouvaient s’y rendre que par la mer, et qu’il arrivait assez souvent des naufrages, il entreprit de creuser ce grand canal, qui est encore maintenant une des merveilles de la Chine. Il a trois cents lieues de longueur, et forme un grand chemin d’eau par lequel plus de neuf mille barques impériales transportent aisément, et à peu de frais, le tribut de grains, d’étoffes, etc. qui se paient chaque année à l’empereur.

Quand ce prince n’aurait procuré que cet avantage à la Chine, il serait digne des grands éloges que les Chinois lui donnent. Il mourut âgé de quatre-vingt ans, la trente-unième année du cycle. Il eut pour successeur son petit-fils nommé Tching tsong.


TCHING TSONG. Second empereur.
A régné treize ans.


On loue cet empereur de sa clémence et de l’amour qu’il portait à son peuple. Il modéra la rigueur des impôts, dont le peuple commençait à être surchargé par plusieurs des petits souverains ; mais sa mauvaise santé et ses maladies presque continuelles, ne lui permirent pas de s’appliquer autant qu’il l’aurait voulu, au gouvernement de l’État.

Il mourut âgé de quarante-deux ans, la quarante-quatrième année du cycle. Vou tsong son neveu lui succéda.


VOU TSONG. Troisième empereur.
A régné quatre ans.


Le règne de cet empereur parut trop court aux peuples, qui étaient charmés de l’affection qu’il leur portait, et du penchant qu’il avait à procurer leur bonheur. Il était né libéral : mais pour avoir part à ses bienfaits, il fallait les mériter par de vrais services rendus à l’État. Aussi récompensait-il ces services avec une magnificence vraiment royale.

Pour illustrer les lettres, et piquer l’émulation des lettrés, il honora Confucius, regardé comme le maître de l’empire, des mêmes titres, dont on honore les rois.

Ayant été informé qu’on transportait hors de l’empire de l’or, de l’argent, des grains, et de la soie, il le défendit sous des peines très rigoureuses. Ce prince n’avait que trente un ans,