Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/569

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


colao, fut massacré par des scélérats, qui avaient à se reprocher les plus grands crimes, et qui en craignaient le châtiment.

Ce prince ne vécut que trente ans. Il eut pour successeur Tai ting, fils aîné du roi Hien tsong.


Cycle LXII. Année de J. C. 1324.


TAI TING. Sixième empereur.
A régné cinq ans.


Un mois après qu’il fut monté sur le trône, il condamna aux derniers supplices les meurtriers de son prédécesseur, et anéantit toute leur race, en faisant mourir leurs fils et leurs petites-filles. Sous ce règne, comme sous les précédents, la Chine fut affligée de diverses calamités. Il y eut des tremblements de terre, des chutes de montagnes, des inondations de rivières, des sécheresses, des incendies, et beaucoup d’autres malheurs. Les empereurs donnèrent en ces occasions des preuves de leur amour pour leurs sujets, par les secours qu’ils s’efforcèrent de leur procurer. Tai ting défendit que l’on donnât entrée dans ses États aux bonzes du Thibet nommés lamas, qui venaient en grand nombre dans la Chine, et qui accoutumés à parcourir les maisons, n’auraient pas manqué d’être fort à charge aux peuples. Ce prince mourut la cinquième année du cycle, âgé de trente-six ans. Les États s’étant assemblés après sa mort, élirent son second fils : celui-ci refusa d’accepter une couronne, qui appartenait, disait-il, à Ming tsong son frère aîné. Sur ce refus on fit venir le prince, qui était en Tartarie, et on le proclama empereur.


MING TSONG. Septième empereur.
A régné un an.


Six mois après que ce prince fut empereur, il donna un grand festin à tous les seigneurs de sa cour : mais lorsqu’on nageait le plus dans la joie, il mourut tout à coup ; il y en a qui soupçonnent qu’il fut empoisonné. Il eut pour successeur son frère cadet, qui avait refusé, comme je viens de le dire, la couronne qu’on lui avait offerte.