Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/577

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUEN TSONG. Cinquième empereur.
A régné dix ans.


Il porta un édit dès le commencement de son règne, qui défendait de conférer le degré de licencié à tout lettré, qui n’aurait pas atteint l’âge de vingt-cinq ans. Peu après son oncle s’étant révolté, et ayant été fait prisonnier dans un combat, il le condamna à une prison perpétuelle. Les Tartares furent aussi punis d’une irruption qu’ils avaient faite sur les terres de l’empire ; Suen tsong se mit à la tête de son armée, leur livra bataille, et les défit entièrement.

Le roi de la Cochinchine qui avait été nommé à cette dignité par l’empereur, fut tué trois ans après par une troupe de rebelles. Ils envoyèrent aussitôt des ambassadeurs à la cour de l’empereur, pour implorer sa clémence, et lui demander pardon.

L’empereur était assez disposé à venger cet attentat : mais parce qu’il fallait envoyer une armée dans un pays assez éloigné, ce qui ne pouvait se faire, sans qu’il en coûtât beaucoup à ses sujets, il changea de résolution, et renvoya même les ambassadeurs avec des titres honorables.

Environ ce temps-là le feu prit au palais, et y dura quelques jours. Une quantité prodigieuse de cuivre, d’or, et d’étain y fut fondue, et il s’en forma une masse, dont on fit un grand nombre de vases, qui sont aujourd’hui fort estimés à la Chine, et d’un très grand prix.

L’année cinquante-deuxième du cycle, Suen tsong mourut âgé de trente-huit ans. Il eut pour successeur son fils aîné nommé Yng tsong.


YNG TSONG. Sixième empereur.
A régné quatorze ans.


Comme ce prince n’avait que neuf ans, il fut mis sous la tutelle de l’impératrice et du principal eunuque. Il commença par faire rebâtir les neuf portes de la ville impériale, et la troisième année de son règne il fit un édit, par lequel il défendait de rendre aucun honneur à Confucius dans les temples des idoles. Cependant les Tartares profitant de la jeunesse du nouvel empereur, firent de continuelles excursions dans les provinces de la Chine voisines de leur pays, et y exercèrent toutes sortes de brigandages.


Cycle LXIV. Année de J. C. 1444.

La sixième année de ce cycle, et la quatorzième de son règne