Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/230

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV


C’était du temps de la Saint-Jean,
Souvenez-vous-en…

A la Saint-Jean les nuits sont brèves ;
A peine l’ange sombre est-il au firmament
Que l’ange clair se lève,
Et l’Orient
Rieur sourit au flamboiement de l’Occident.

Un oiselet
A l’orée de la forêt
Chante sa liesse ;
Mon cœur est un écho
Où le renouveau
Se dresse.

*

C’était du temps de la Saint-Jean,
Souvenez-vous-en…