Page:Dumas - Georges, 1848.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous demandons au lecteur la permission de lui faire faire, ou plutôt de lui faire renouveler connaissance avec deux des personnages qu’il transportait à son bord.

L’un était un homme aux cheveux blonds, au teint blanc, aux yeux bleus, aux traits réguliers, à la figure calme, à la taille un peu au-dessus de la moyenne, auquel on n’eût guère donné plus de trente ou trente-deux ans, quoiqu’il en eût plus de quarante. En lui, au premier abord, on ne remarquait rien de saillant, mais aussi l’on était forcé d’avouer que tout était convenable. Si, après un premier coup d’œil jeté sur lui, on avait un motif quelconque de continuer l’examen de sa personne, on remarquait qu’il avait le pied et la main petits et admirablement bien faits, ce qui, dans tous les pays, mais chez les Anglais particulièrement, est un signe de race. Sa voix était claire et arrêtée, mais sans intonation et pour ainsi dire sans musique. Ses yeux bleu-clair, auxquels on pouvait, dans les circonstances habituelles de la vie, reprocher de manquer un peu d’expression, laissaient errer un regard limpide, mais qui ne s’attachait à rien et semblait ne rien chercher à approfondir. De temps en temps, cependant, il clignait les yeux comme un homme fatigué du soleil, accompagnant ce mouvement d’un léger écartement des lèvres qui laissaient apercevoir alors une double rangée de dents petites, bien rangées, et blanches comme des perles. Cette espèce de tic semblait alors ôter à son regard le peu d’expression qu’il avait ; mais si on l’examinait avec soin, on s’apercevait au contraire que c’était dans ce moment que sa vue, profonde et rapide, dardant un rayon de flamme entre ses deux paupières rapprochées, allait chercher la pensée de son interlocuteur jusqu’au plus profond de son âme. Ceux qui le voyaient pour la première fois ne manquaient presque jamais de le prendre pour un esprit nul ; il savait que c’était, en général, l’opinion que les hommes superficiels avaient de lui, et presque toujours, soit calcul, soit indifférence, il se plaisait à la leur laisser, bien sûr de les détromper quand le caprice lui en prendrait ou quand le moment en serait venu, car cette enveloppe menteuse cachait un esprit singulièrement profond, comme il arrive souvent que deux pouces de neige cachent un précipice de mille pieds ; aussi, avec la