Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


venirs, jeta sa perruque en l’air et se mit à danser en criant :

— Frère, tu es sauvé ! Frère, tu n’iras pas en prison ! Frère, ou je me trompe fort, ou c’est moi qui possède la noisette Krakatuk.

Et, sur ce, sans donner aucune autre explication à son frère ébahi, Christophe-Zacharias s’élança hors de l’appartement, et revint un instant après, rapportant une boîte dans laquelle était une grosse aveline dorée qu’il présenta au mécanicien.

Celui-ci, qui n’osait croire à tant de bonheur, prit en hésitant la noisette, la tourna et la retourna de toute façon, l’examinant avec l’attention que méritait la chose et, après l’examen, déclara qu’il se rangeait à l’avis de son frère, et qu’il serait fort étonné si cette aveline n’était pas la noisette Krakatuk ; sur quoi, il la passa à l’astrologue, et lui demanda son opinion.

Celui-ci examina la noisette avec non moins d’at-