Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nuremberg, portant un sac de noisettes qu’il avait à vendre ; mais les marchands de noisettes du pays, qui voulaient conserver le monopole de cette denrée, lui cherchèrent querelle, justement devant la porte de ma boutique. L’étranger alors, pour se défendre plus facilement, posa à terre son sac de noisettes, et la bataille allait son train, à la grande satisfaction des gamins et des commissionnaires, lorsqu’un chariot pesamment chargé passa justement sur le sac de noisettes. En voyant cet accident, qu’ils attribuèrent à la justice du ciel, les marchands se regardèrent comme suffisamment vengés, et laissèrent l’étranger tranquille. Celui-ci ramassa son sac, et, effectivement, toutes les noisettes étaient écrasées, à l’exception d’une seule, qu’il me présenta en souriant d’une façon singulière, et m’invitant à l’acheter pour un zwanziger neuf de 1720, disant qu’un jour viendrait où je ne serais pas fâché du marché que j’aurais fait, si onéreux qu’il pût me paraître pour le mo-