Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelques mois auparavant, avaient été enterrés dans un commun tombeau.

Comme, au milieu de tout cela, personne que le mécanicien et l’astrologue ne s’était occupé de Nalhaniel Drosselmayer, la princesse, qui ignorait l’accident qui était arrivé, ordonna que le jeune héros fût amené devant elle ; car, malgré la semonce de la surintendante de son éducation, elle avait hâte de le remercier. Mais, à peine eut-elle aperçu le malheureux Nathaniel, qu’elle cacha sa tête dans ses deux mains, et que, oubliant le service qu’il lui avait rendu, elle s’écria :

— A la porte, à la porte, l’horrible Casse-Noisette ! à la porte ! à la porte ! à la porte !

Aussitôt le grand maréchal du palais prit le pauvre Nathaniel par les épaules et le poussa sur l’escalier.

Le roi, plein de rage de ce qu’on avait osé lui proposer un casse-noisette pour gendre, s’en prit à l’astrologue et au mécanicien, et, au lieu de la rente