Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


objets, qui formaient avec le reste du costume une si grande disparate, avait réfléchi que le parrain Drosselmayer portait lui-même, par-dessus sa redingote jaune, un petit collet qui n’avait guère meilleure façon que le manteau de bois du bonhomme à la polonaise, et qu’il couvrait parfois son chef d’un affreux et fatal bonnet, près duquel tous les bonnets de la terre ne pouvaient souffrir aucune comparaison, ce qui n’empêchait pas le parrain Drosselmayer de faire un excellent parrain. Elle se dit même à part soi que, le parrain Drosselmayer modelât-il entièrement sa toilette sur celle du petit homme au manteau de bois, il serait encore bien loin d’être aussi gentil et aussi gracieux que lui.

On conçoit que toutes ces réflexions de Marie ne s’étaient pas faites sans un examen approfondi du petit bonhomme qu’elle avait pris en amitié dès la première vue ; or, plus elle l’examinait, plus Marie sentait combien il y avait de douceur et de bonté